Comment l'affaire des emails d'Hillary Clinton a pu s'avérer désatreuse pour les opérations de la CIA | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Comment l'affaire des emails d'Hillary Clinton a pu s'avérer désatreuse pour les opérations de la CIA
©CBS News

La cata

Comment l'affaire des emails d'Hillary Clinton a pu s'avérer désatreuse pour les opérations de la CIA

Selon l'AP, il est hautement probable que des espions étrangers aient eu accès à des messages contenant des informations critiques sur les actions des services secrets américains.

C'est décidemment un sparadrap dont Hillary Clinton va avoir beaucoup de mal à se défaire. Celle qui est en course pour la présidence des États-Unis sous la bannière démocrate, a utilisé pendant des années une adresse email en "@clintonemail", hébergé sur un serveur personnel,  au lieu d'une adresse email de type "state.gov". Problème : son téléphone n'était pas protégé, se retrouvant donc vulnérable aux pirates informatiques…qui s'en peut-être donné à cœur joie.

Et les conséquences pourraient être potentiellement désastreuses. Des informations de NBC font état d'espions chinois ayant eu accès à des messages de membres importants de l'administration Obama, au moins jusqu'en 2010.

Et selon l'AP il est plus que probable que des hackers étrangers aient eu notamment accès à 47 emails de celle qui était alors secrétait d'Etat qui possédaient la mention“B3 CIA PERS/ORG”. Des messages qui faisaient donc référence à des activités des services secrets américains. Des espions étrangers auraient pu avoir accès à des données classifiées sur les agents américains et sur des missions en cours.

L'agence relate : "L'AP a découvert l'année dernière que le serveur privé d'Hillary Clinton était connecté à Internet de manière encore moins sécurisé qui redouté. Un récent rapport a indiqué que le serveur avait été temporairement débranché à un moment donné au cours d'une attaque par des pirates, même si aucune preuve n'existe comme quoi le serveur a été piraté".  Pourtant, l'agence estime que la possibilité est très élevée.

>>>> A LIRE AUSSI : Comment l’affaire des emails d’Hillary Clinton pourrait finir par lui barrer la route de la Maison Blanche (voire l’en déloger)

Lu sur AEI

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !