Cœur artificiel : le troisième patient greffé par Carmat est décédé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Le patient âgé de 74 ans avait pu regagner son domicile fin août.
Le patient âgé de 74 ans avait pu regagner son domicile fin août.
©

Hors de cause

Cœur artificiel : le troisième patient greffé par Carmat est décédé

"Les analyses réalisées n'ont pas montré d'implication de la prothèse dans le décès du patient", explique la société Carmat dans un communiqué.

Le troisième patient à avoir été implanté d'une prothèse du cœur artificiel Carmat est décédé d'un arrêt respiratoire vendredi dernier, a annoncé la société ce mardi, précisant que sa prothèse n'est pas responsable de ce décès, survenu à cause d'une insuffisance rénale chronique.

"Les analyses réalisées n'ont pas montré d'implication de la prothèse dans le décès du patient (…) Il souffrait d'une combinaison de pathologies sévères, en particulier d'insuffisance rénale, préexistante à l'implantation de la prothèse", assure le communiqué de la société française Carmat publié aujourd'hui. Le patient âgé de 74 ans avait pu regagner son domicile fin août, après avoir été implanté d'un cœur artificiel le 8 avril, dans le cadre de l'étude de faisabilité de cette nouvelle prothèse.

Le premier patient implanté d'un cœur artificiel Carmat en 2013 s'était éteint 74 jours après l'opération réalisée à Paris, à l'âge de 76 ans. Le deuxième était mort  9 mois après avoir été greffé à Nantes, à l'âge de 69 ans. Ces deux décès avaient été provoqués par une "micro-fuite de la zone sang vers le liquide d'actionnement de la prothèse", ayant causé une "perturbation de l'électronique de pilotage des moteurs" du cœur artificiel, selon les expertises de Carmat. 

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !