Code du travail : pour El Khomri, le recours au 49.3 n'est pas "souhaitable" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
"Je souhaite convaincre avec cette loi", assure la ministre.
"Je souhaite convaincre avec cette loi", assure la ministre.
©Reuters

Sans forcer

Code du travail : pour El Khomri, le recours au 49.3 n'est pas "souhaitable"

"Il faut qu’on avance et je n’ai jamais parlé du 49.3", a déclaré la ministre du travail lors d'un déplacement sur le site de l'usine Solvay, dans le Haut-Rhin.

Alors que l'inquiétude grandit à gauche et chez les syndicats quant à un éventuel passage en force de la réforme du code du travail, Myriam El Khomri a estimé ce lundi lors d'un déplacement à Mulhouse que le recours à l'article 49.3, qui rend possible l'adoption d'une loi sans que celle-ci ne soit votée, n'était "ni souhaitable, ni nécessaire".

"Il faut qu’on avance et je n’ai jamais parlé du 49.3", a-t-elle déclaré ce lundi en Alsace avec Manuel Valls et le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron. "Je souhaite convaincre avec cette loi", assure également la ministre. 

"Non, nous ne remettons pas en cause la durée légale du travail. Non, le CDI n'est pas mis en cause. On continuera bien sûr à majorer les heures supplémentaires. C'est une réforme indispensable", a quant à lui déclaré le Premier ministre après avoir rencontré des apprentis et des salariés sur le site de l'usine Solvay, dans le Haut-Rhin. 

Manuel Valls a également dénoncé les "bêtises écrites ici ou là" sur le projet de loi sur le travail, qui constitue d'après lui "une réforme indispensable". "Il y a beaucoup d'expressions aujourd'hui de la part de ceux qui ne l'ont pas lue. Il y a beaucoup de bêtises qui sont écrites ici ou là", a-t-il prévenu.

Lu sur Le Point ,

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !