Closer avance sa parution de 24 heures pour de nouvelles révélations sur la façon dont l'Elysée essayerait de faire taire Trierweiler | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Closer avance sa parution de 24 heures pour de nouvelles révélations sur la façon dont l'Elysée essayerait de faire taire Trierweiler
©

Accrochez vos ceintures

Closer avance sa parution de 24 heures pour de nouvelles révélations sur la façon dont l'Elysée essayerait de faire taire Trierweiler

Le magazine à l'origine des révélations sur la liaison supposée entre François Hollande et Julie Gayet sera donc en vente dès jeudi.

Affaire Hollande-Gayet, acte 2. Dans un communiqué envoyé mercredi soir, la rédaction de Closer, à l'origine des révélations sur la liaison supposée entre le président et la comédienne, annonce qu'elle va avancer de 24 heures la parution de son prochain numéro. Ce dernier sera donc disponible en kiosque dès jeudi. Au sommaire : "Valérie Trierweiler : ils veulent la faire taire". 

Le magazine annonce aussi pêle-mêle : "la vérité sur la scène de ménage qui aurait coûté 3 millions d'euros à l'Etat", "la nouvelle crise de colère à la Pitié-Salpêtrière face à François Hollande", "le séjour 'sous contrôle' à la Lanterne alors que Valérie Trierweiler aurait préféré rentrer à l'Elysée" et "les deux clans qui s'affrontent à l'Elysée autour de son éventuel retour".

Lundi, une lettre anonyme a enflammé le Web en propageant la rumeur selon laquelle Valérie Trierweiler aurait détruit le bureau présidentiel. Le 10 janvier, folle de rage, la Première dame aurait jeté à terre des vases, des pendules et des objets d'art appartenant aux collections du Mobilier national. Mercredi, le service a publié un démenti sur Facebook.

A lire aussi  : Affaire Hollande-Gayet : épisode 3, Closer fait de nouvelles révélations sur Valérie Trierweiler

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !