Clément Méric : les causes de sa mort restent floues | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Clément Méric : les causes de sa mort restent floues
©

Suite de l'affaire

Clément Méric : les causes de sa mort restent floues

Dans un rapport rendu début janvier, les médecins peinent à établir comment est décédé le jeune militant antifasciste, selon Libération.

Sept mois après la mort de Clément Méric, le flou demeure sur les causes exactes qui ont coûté la vie à ce jeune militant antifasciste, le 5 juin lors d'une bagarre avec des skinheads à Paris. Selon les informations de Libération, l'une des premières expertises commandées par les juges en charge du dossier a été rendue le 2 janvier. Ce rapport, rédigé par trois médecins, ne permet pas de dire précisément ce qui a tué le jeune homme et d'établir les responsabilités, rapporte le quotidien.

"Les lésions traumatiques, que ce soit le coup porté au visage ou la chute à terre sont directement responsable de l'hémorragie méningée", indiquent les experts. Une chose est sûre, selon eux : "On peut qualifier l'impact des coups comme très violent." Après avoir reçu cinq coups au niveau du visage, "il semble que M. Méric ait perdu connaissance très rapidement et qu'il ait ensuite chuté. Du fait de cette perte de connaissance, il n'a eu aucune retenue dans sa chute", peut-on lire dans ce rapport.

Les skinheads avaient affirmé qu'ils n'étaient pas armés de poings américains. Ce que le rapport médical pourrait démentir : "L'aspect des sutures en points séparés des ecchymoses sur les joues, la plaie de la face latérale droite du nez pourraient faire évoquer l'utilisation d'objet métallique. Cependant et au vu des conclusions de l'expert légiste, ces aspects morphologiques des lésions traumatiques ne permettent pas de l'affirmer."

Lu sur Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !