Claude Bartolone a augmenté le budget de son cabinet de 240 000 euros | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
A son arrivée au perchoir, Claude Bartolone avait décidé de geler le budget de l'Assemblée nationale pour 5 ans.
A son arrivée au perchoir, Claude Bartolone avait décidé de geler le budget de l'Assemblée nationale pour 5 ans.
©Reuters

Fais ce que je dis, pas ce que je fais

Claude Bartolone a augmenté le budget de son cabinet de 240 000 euros

Le président de l'Assemblée nationale, qui prônait un "devoir d'exemplarité", a fait progresser le budget de son cabinet de 33% par rapport à son prédécesseur Bernard Accoyer.

Claude Bartolone prend soin de son cabinet. Le journal Marianne pointe en effet une augmentation du budget de 240 000 euros entre 2013 et 2014 soit une progression de 6% d'une année sur l'autre. Un document de la Cour des comptes montre que la rémunération globale des 19 membres du personnel passe de 2,7 millions d'euros en 2013 contre 2,86 millions d'euros en 2014. Si l'on ajoute les cotisations sociales, qui représentent pour l'Assemblée 50% de la rémunération totale, on passe de 4,05 millions d'euros en 2013 à 4,3 millions en 2014. Bernard Accoyer, le prédécesseur de Claude Bartolone, n'employait que 13 personnes pour un budget total de 3,15 millions d'euros en 2011. Une progression de 33% en 3 ans !

Le directeur de cabinet de Claude Bartolone justifie ainsi cette augmentation : " Nous avons régularisé certaines situations. Des personnels étaient payés par d’autres administrations. C’était le cas de mon prédécesseur par exemple." Quoi qu'il en soit, la situation a de quoi faire sourire puisqu'à son arrivée au perchoir en 2012, il prônait "un devoir d'exemplarité". Dans cette optique, Claude Bartolone avait décidé de geler le budget de l'Assemblée nationale pour 5 ans et réduit de 10% le montant de l'indemnité pour frais de mandat que touchent les députés (6 412 euros par mois).

Lu sur Marianne

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !