Claude Bartolone : "La dérive individuelle de Cahuzac ne doit pas déboucher sur une culpabilité collective" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Claude Bartolone et François Hollande
Claude Bartolone et François Hollande
©Reuters

Pas emballé

Claude Bartolone : "La dérive individuelle de Cahuzac ne doit pas déboucher sur une culpabilité collective"

Le président de l'Assemblée nationale a indiqué qu'il n'était pas favorable à la publication du patrimoine des élus.

La plupart des élus sont favorables à la publication des patrimoines. La transparence d'abord, entend-on dans les couloirs du Parlement. Mais certains traînent un peu la patte et ne sont pas d'accord avec cette mesure demandée par François Hollande lui-même. C'est le cas de Claude Bartolone. Le président de l'Assemblée nationale s'est dit, mercredi soir, opposé à la publication du patrimoine des élus.

Les 37 membres du gouvernement de Jean-Marc Ayrault doivent publier d'ici lundi leur patrimoine, après la démission de l'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac, qui a admis posséder un compte clandestin à l'étranger.  "Je suis réservé quant à la publication du patrimoine des élus. La dérive individuelle de Jérôme Cahuzac ne doit pas déboucher sur une culpabilité collective. Je mets en garde contre toute initiative qui viendrait alimenter le populisme", a déclaré Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale, au quotidienLe Figaro. "Déclarer, contrôler, sanctionner, c'est de la transparence. Rendre public, c'est du voyeurisme", ajoute-t-il dans Le Figaro daté de jeudi, utilisant les mêmes termes que l'opposition.

Le président a notamment annoncé la création d'une haute autorité "totalement indépendante" chargée de contrôler les déclarations de patrimoine et d'intérêts des ministres et des parlementaires. Claude Bartolone se dit par ailleurs favorable à "des contrôles réguliers sur le patrimoine des élus", soulignant que la création de cette haute autorité était une "avancée à saluer".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !