CIA : le nom du chef de l'agence en Afghanistan révélé par erreur | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
CIA : le nom du chef de l'agence en Afghanistan révélé par erreur
©

Oh la boulette !

CIA : le nom du chef de l'agence en Afghanistan révélé par erreur

L'identité du responsable a été divulguée par inadvertance à l'occasion de la visite-surprise du président Obama en Afghanistan dimanche comme l'indique le Washington Post.

C'est une erreur (très) fâcheuse. Une étourderie digne de Gaston Lagaffe. Pourtant l'information qui suit est bien réelle et concerne même l'un des services les plus secrets du monde : la CIA. Comme le révèle ce lundi le Washington Post, le service de presse de la Maison Blanche a dévoilé par erreur à 6 000 journalistes le nom du chef de la CIA en Afghanistan, classé pourtant, pour des raisons évidentes, ultra-confidentiel.

En effet, le nom du chef du bureau de la CIA à Kaboul se trouvait parmi une liste de hauts responsables américains participant à la visite de Barack Obama dans le pays, précise le journal. Et cette liste a été distribuée par email à des journalistes qui se sont rendus sur place pour suivre le déplacement du président américain.

"La Maison Blanche a reconnu l'erreur et a rapidement émis une liste révisée qui ne comprenait pas l'individu, qui a été identifié sur la version initiale comme le chef de la station à Kaboul, une désignation utilisée par la CIA pour son espion de plus haut rang dans un pays", explique concrètement le Washington Post. "Cette divulgation est un exemple rare, où la couverture d'un espion de la CIA basé à l'étranger est percée par son propre gouvernement", poursuit le journal, rappelant au passage le cas de Valerie Plame, exposée avec son mari par l'administration Bush.

Dans un contexte où la Maison Blanche essaie de limiter les fuites de données, notamment par WikiLeaks ou Edward Snowden, une telle boulette fait tâche.

lu sur le Washington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !