Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La BCE a lancé un ultimatum à Chypre
©Reuters

La crise s'aggrave

Chypre : la BCE lance un ultimatum, le pays annonce un plan B

La BCE a annoncé jeudi qu'elle couperait lundi le robinet des liquidités d'aide aux banques chypriotes. Dans la foulée, le gouvernement a assuré avoir trouvé un accord pour un plan de secours.

Rien ne va plus à Chypre. Le pays traverse une grave crise économique. Actuellement paralysée par une crise financière, l'île est dans le viseur des autorités européennes. Ainsi, la Banque centrale européenne (BCE) a lancé jeudi un ultimatum en annonçant qu'elle couperait lundi le robinet des liquidités aux banques chypriotes, faute d'accord acceptable entre Chypre et la troïka de ses bailleurs de fonds. Celle-ci comprend, outre la BCE, l'Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI). Le versement de ces liquidités d'urgence "ne pourront être envisagées que si un programme UE/FMI est en place qui assure la solvabilité des banques concernées", a souligné l'institution de Francfort.

 

Les autorités chypriotes ont annoncé, jeudi, de leur côté avoir trouvé un accord pour un "plan B" écartant toute taxe sur les dépôts bancaires et la création d'un "fonds d'investissement de solidarité". Elles n'ont toutefois révélé aucun détail sur la façon dont il se financerait et les montants qu'il pourrait recueillir. Cette mesure est censée éviter la faillite de ses banques."Un projet de législation est actuellement en préparation (...) qui sera présenté devant le conseil des ministres en fin d'après-midi", a indiqué le porte-parole du gouvernement Christos Stylianides. L'annonce samedi matin à Bruxelles d'un plan de sauvetage comprenant une taxe sur les dépôts bancaires avait provoqué un tollé dans l'île mais aussi à l'étranger, notamment en Russie, une grande partie des fonds déposés dans les banques de l'île méditerranéenne étant russes.

 

Vers une sortie de la zone euro ?

La situation est telle que jeudi les files d'attentes se sont allongées à Nicosie devant les distributeurs automatique de la Laiki bank. Les clients craignent en effet une fermeture définitive de la deuxième banque de Chypre. "Les autorités chypriotes ont trois choses à faire d'ici mardi : présenter un plan B crédible et viable pour remplacer le plan de sauvetage rejeté par le Parlement, instaurer un blocage sur une longue période des capitaux placés dans les banques, et préparer la fusion entre les deux principales banques en difficultés", a expliqué à l'AFP une source sous couvert de l'anonymat. Le risque sinon est une sortie de Chypre de la zone euro, a-t-il averti.

 

La crise à Chypre pose un "risque systémique" pour la zone euro, a surenchéri le chef de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem. "Nous devons travailler à un programme qui mettra fin à ce risque", a-t-il souligné devant le Parlement européen. Chypre, membre de l'UE depuis 2004 et de la zone euro depuis 2008, doit trouver les moyens de financer sa part du plan de sauvetage européen qui s'élève à 7 milliards d'euros sur un total de 17 milliards d'euros. Le plan initial prévoyait que 5,8 milliards proviennent de la taxe sur les dépôts bancaires. Ses partenaires européens lui apporteront en échange 10 milliards d'euros pour renflouer ses banques et payer ses dettes.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !