Christophe Dettinger, le "boxeur Gilet jaune", a été placé en garde à vue pour violences conjugales | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Christophe Dettinger, le "boxeur Gilet jaune", a été placé en garde à vue pour violences conjugales
©GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Difficultés au quotidien

Christophe Dettinger, le "boxeur Gilet jaune", a été placé en garde à vue pour violences conjugales

Christophe Dettinger, le Gilet jaune qui s'était battu avec des gendarmes sur la passerelle Léopold Sédar-Senghor en marge d'une manifestation, est soupçonné de violences envers sa conjointe.

L'une des figures des Gilets jaunes, Christophe Dettinger a été interpellé ce mercredi à Lardy en Essonne, selon des informations du Parisien et du Point. Christophe Dettinger avait été filmé sur un pont de Paris en train de frapper des gendarmes en marge d’une manifestation des Gilets jaunes. Les faits s'étaient déroulés lors de l'acte VIII des Gilets jaunes, le 5 janvier 2019. Cet ancien champion de France des lourds-légers s'en était pris à deux gendarmes sur la passerelle Léopold Sédar-Senghor. 

Christophe Dettinger serait donc soupçonné en ce mercredi 8 janvier 2020 d’avoir frappé sa conjointe. Le couple serait en instance de divorce. 

D'après la rédaction du Parisien et du Point, Christophe Dettinger a été placé en garde à vue. 

Les gendarmes de Lardy sont intervenus après un appel de la victime. Elle a expliqué avoir eu une altercation avec son compagnon. La tension serait intervenue alors que Christophe Dettinger venait récupérer les enfants du couple. 
D'après le Parisien, des insultes auraient été proférées. Christophe Dettinger aurait bousculé sa conjointe contre un véhicule. Elle n'aurait pas été blessée. 

Une confrontation devait avoir lieu ce mercredi après-midi entre Christophe Dettinger et sa compagne.

Christophe Dettinger était devenu un symbole des Gilets jaunes au début de l'année 2019. Une cagnotte de soutien avait été ouverte avant sa condamnation à un an de prison ferme et 18 mois avec sursis pour violences sur personne dépositaire de l'autorité publique. 

Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !