Christophe Chalençon a passé plusieurs heures en garde à vue après sa vidéo appelant à une mobilisation pour le 11 mai | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Christophe Chalençon a passé plusieurs heures en garde à vue après sa vidéo appelant à une mobilisation pour le 11 mai
©GERARD JULIEN / AFP

Gilets jaunes

Christophe Chalençon a passé plusieurs heures en garde à vue après sa vidéo appelant à une mobilisation pour le 11 mai

L’une des figures majeures du mouvement des Gilets jaunes, Christophe Chalençon, a été placé en garde à vue plusieurs heures ce mardi, après avoir été interpellé lundi soir à Paris. Son avocat dénonce des moyens "totalement disproportionnés".

Le Gilet jaune Christophe Chalençon avait appelé à une mobilisation contre le gouvernement et Emmanuel Macron à l’occasion de la journée de la levée du confinement, le lundi 11 mai. Christophe Chalençon a été interpellé lundi soir à Paris. Il a été placé en garde à vue mardi matin. Selon Franceinfo, sa garde à vue a été levée en fin de matinée, d’après des précisions de son avocat. Christophe Chalençon, originaire du Vaucluse, était entendu dans les locaux de l'Office central pour la répression des violences aux personnes à Nanterre.

Christophe Chalençon a donc été interpellé lundi soir à Paris, vers 18h30, sur la place d’Italie. Il était recherché après la diffusion d'une vidéo sur les réseaux sociaux il y a quelques jours, dans laquelle il appelait notamment à faire tomber le gouvernement et à lever des "armées citoyennes" :

"Nous allons assiéger Paris lundi jour de déconfinement, avec d'anciens généraux qui préparent le plan pour verrouiller Paris".

Un mandat de recherche avait été émis contre lui par le parquet de Carpentras au motif qu'il ne s'était pas rendu à une convocation du tribunal.

La justice voulait donc également l'interroger sur la vidéo qu'il a diffusée le 8 mai dernier sur Facebook. Son avocat, Maître Philippe de Veulle, a dénoncé des moyens "totalement disproportionnés". 

Christophe Chalençon était soupçonné notamment de "provocation à s’armer contre l’autorité de l’État". 

Maître Philippe de Veulle assure que son client n’a jamais eu l’intention de renverser le gouvernement. 

Tête de liste aux élections européennes l’an passé, Christophe Chalençon avait notamment rencontré le vice-président du Conseil italien et chef de file du Mouvement 5 étoiles Luigi Di Maio lors du mouvement des Gilets jaunes.

Franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !