Christiane Taubira : "Glisser dans la problématique identitaire n’est pas une réponse" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Christiane Taubira : "Glisser dans la problématique identitaire n’est pas une réponse"
©

Point de vue

Christiane Taubira : "Glisser dans la problématique identitaire n’est pas une réponse"

L'ancienne garde des Sceaux a estimé que la gauche doit "revenir à la question sociale", ce dimanche.

Christiane Taubira était ce dimanche était l’invitée de l’émission "Questions politiques" diffusée sur France Inter, en partenariat avec Le Monde. 

Réagissant à l'élection de Donald Trump aux Etats-Unis, l'ancienne garde des Sceaux a tenu à mettre en garde la gauche, en lui demander de "revenir à la question sociale" plutôt que de "glisser dans la problématique identitaire". 

"La problématique identitaire, ce n'est pas une réponse dans l'absolu, parce que ce n'est pas le sujet central. Ce n'est pas une réponse de la gauche, par rapport à son histoire, à sa raison d'être", a-t-elle déclaré. A l'inverse, la "question sociale" est "une question réelle, celle des revenus, des conditions du travail, celle des services publics". "La gauche doit s'interroger sur son incapacité aujourd'hui à analyser l'état de la société et à donner des réponses", a-t-elle insisté.

"La gauche doit revenir. C'est un devoir, elle aura une responsabilité lourde si elle disparaît", a déclaré l'ancienne candidate à la présidentielle de 2002. Christiane Taubira qui a tourné le dos au gouvernement au printemps dernier, a enfin refusé de répondre à la question d'une éventuelle candidature de sa part en vue de 2017.

Lors de cet entretien, Christiane Taubira a aussi estimé que le gouvernement français a su bien gérer des événements du 13 novembre 2015 qu'il n'avait pu prévenir.

Lu dans France Inter

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !