Christian Estrosi "n'aime pas l'ancien Christian Estrosi" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Christian Estrosi "n'aime pas l'ancien Christian Estrosi"
©DR

Son ex

Christian Estrosi "n'aime pas l'ancien Christian Estrosi"

Dans une interview au Parisien, le maire de Nice regrette d'avoir joué "le jeu des partis."

Un nouvel homme. Christian Estrosi semble avoir réalisé un grand virage politique, comme le montre cette étonnante interview publiée dans le Parisien. "Ce que je n'aime pas ? L’ancien Christian Estrosi", explique-t-il. "Celui qui jouait le jeu des partis, qui acceptait de défendre parfois aveuglément les positions d’un autre, sans forcément partager son point de vue. Et je déteste le Christian Estrosi qui a voté en 1988 un projet de loi relatif au rétablissement de la peine de mort."

Peut-être est-ce l'arrivée de son bébé qui a transformé le maire de Nice. Le voilà même prêt à défendre Anne Hidalgo. "Je comprends la crispation de ceux qui subissent les bouchons dans la capitale. Mais qui peut critiquer sa volonté de réduire à néant les émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2030 ?" affirme-t-il. "Moi, je suis d’accord. Elle n’a pas encore trouvé le juste équilibre et, moi-même, je le cherche à Nice. On n’est pas du même bord politique mais cela ne nous empêche pas de partager certaines préoccupations pour nos villes."

Peut-être sera-t-il aussi un pionner de l'espace… En tout cas, il n'est pas contre. L’idée de partir très loin et de ne jamais revenir m’attire. Par exemple, faire partie des premiers Terriens qui tenteront la vie sur Mars. Cela me vient peut-être de l’enfance, car mon père a acheté notre première télé en juillet 1969 pour que l’on regarde en famille Neil Armstrong marcher sur la Lune."

Lu sur le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !