Christian Estrosi : son séjour dans un hôtel de luxe payé par les Niçois fait polémique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Christian Estrosi : son séjour dans un hôtel de luxe payé par les Niçois fait polémique
©

Cachotteries

Christian Estrosi : son séjour dans un hôtel de luxe payé par les Niçois fait polémique

Le cabinet du député-maire de Nice a pourtant assuré au Figaro que Christian Estrosi était "monté à Paris en qualité de maire et de président de la métropole Nice Côte d'Azur", et non en tant que député.

Le site Mediapart a accusé ce mardi le député-maire de Nice, Christian Estrosi, d’avoir passé deux nuits dans un hôtel de luxe aux frais du contribuable, lors d’un séjour à Paris en juin dernier. Selon Mediapart, Estrosi aurait dû loger à l’Assemblée nationale, qui dispose de couchages pour ses députés. La note, qui, selon le site, s’élève à 1137,50 euros, aurait ensuite été facturée par une agence de voyage à la mairie de Nice. Le directeur du cabinet de l'homme politique a démenti ces accusations, assurant au Figaro qu' Estrosi était "monté à Paris en qualité de maire et de président de la métropole Nice Côte d'Azur", et non en tant que député.

Anthony Borré a alors évoqué une "réunion de l'association des présidents de communautés urbaines de France et une réunion en qualité de maire de Nice, ville hôte de l'Euro 2016, où il avait été invité par Michel Platini".

Pourtant, selon Mediapart, le maire de Nice aurait été vu le 25 juin au Palais Bourbon, notamment lors de la séance de questions au gouvernement. "Il est tout à fait possible que Christian Estrosi soit allé entre deux rendez-vous dans l'hémicycle pour assumer son rôle de parlementaire. Pour autant, il est interdit aux députés d'utiliser les moyens de l'Assemblée nationale pour leur fonction de maire", a renchérit Anthony Borré, qui a déploré les "inexactitudes" de l'article de Mediapart. "Le montant de 1137,50 euros évoqué par Mediapart est faux", a-t-il assuré, sans vouloir pour autant avancer un autre chiffre. "Christian Estrosi se réserve le droit d'attaquer le site internet pour diffamation", a finalement avertit le directeur de cabinet.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !