Chris Harper-Mercer le tueur de l'Oregon aimait les armes, faisait des références aux nazis et à l'IRA | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les médias américains ont retrouvé le profil My Space de Chris Harper Mercer, sur lequel il publie des images à la gloire de l'Armée républicaine irlandaise (IRA).
Les médias américains ont retrouvé le profil My Space de Chris Harper Mercer, sur lequel il publie des images à la gloire de l'Armée républicaine irlandaise (IRA).
©MySpace

Portrait d'un tueur

Chris Harper-Mercer le tueur de l'Oregon aimait les armes, faisait des références aux nazis et à l'IRA

Il ne se revendiquait d'aucune religion, pourtant selon une étudiante rescapée de la fusillade, le tireur a demandé à ses victimes de lui dire leur religion avant d'ouvrir ou non le feu sur elles. D'autres témoins affirment qu'il n'aurait tué que les chrétiens. "Vous allez voir Dieu dans environ une seconde", leur aurait-il dit avant de les abattre.

Depuis le drame, beaucoup tentent de mettre un visage sur le tueur et dresser son portrait pour comprendre ce qui a pu se passer ce jeudi, dans l'Oregon. Si le shérif a refusé de prononcer son nom pour ne pas le "glorifier", ce vendredi, l'information a filtré : il s'agit de Chris Harper-Mercer. L'auteur présumé de la fusillade dans un campus américain, qui a fait 10 morts, avait 26 ans. Sur la photo que les médias ont trouvé sur le site MySpace, ce dernier apparaît crâne rasé et lunettes carrées. 

"Il semble que c'était un jeune homme très en colère qui était gangrené par la haine", selon une source au sein des autorités américaines auprès du New York Times. Selon les premiers éléments de l'enquête, Chris Harper-Mercer n'était pas étudiant dans l'établissement où a eu lieu la tuerie. Dans le quartier de Torrance, où il vivait, les voisins sont sous le choc. Comme souvent dans ces cas-là. Pourtant ils décrivent aussi ce jeune homme comme quelqu'un de solitaire, parfois étrange. Il "semblait vraiment inamical", décrit ainsi une habitante du quartier à CBS News, évoquant quelqu'un capable "de rester dans le noir sur son balcon." Une autre source de préciser au New York Times : "Il semblait toujours anxieux"

Chris Harper-Mercer était atteint de "problèmes mentaux" et très actif sur les réseaux sociaux. Selon certains voisins, il sortait régulièrement habillé avec "des bottes de combat et des treillis militaires". Il parlait peu, jamais de lui et avait tendance à se réfugier dans la musique. Le jeune homme est également décrit comme quelqu'un de très proche, voire trop proche, de sa mère, avec qui il vivait après le divorce de ses parents. "Elle l'appelait tout le temps 'bébé'. J'ai trouvé que c'était étrange car il est adulte", relate une voisine au Los Angeles Times. 

Selon des proches, Chris Harper-Mercer, né au Royaume-Uni, a déménagé aux Etats-Unis alors qu'il était enfant. Il habitait avec sa mère, divorcée, à quelques kilomètres du campus. "C'était un gentil garçon, qui faisait toujours passer les autres avant lui. Il voulait que tout le monde soit heureux", a déclaré sa demi-soeur. C'est la seule à dresser un portrait plutôt positif du tueur présumé. Les médias américains ont retrouvé le profil My Space de Chris Harper-Mercer, sur lequel il pose avec un fusil et publie des images à la gloire de l'Armée républicaine irlandaise (IRA), l'organisation paramilitaire qui luttait par les armes contre la présence britannique en Irlande du Nord, incluant de nombreuses photos d'hommes portant cagoules et armes à feu. 

Il ne se revendiquait d'aucune religion, pourtant selon une étudiante rescapée de la fusillade, le tireur a demandé à ses victimes de lui dire leur religion avant d'ouvrir ou non le feu sur elles. D'autres témoins affirment qu'il n'aurait tué que les chrétiens. "Vous allez voir Dieu dans environ une seconde", leur aurait-il dit avant de les abattre. Mais les autorités se refusent pour le moment à se prononcer sur ses motivations.

Enfin, d'après le "New York Post", son nom sur le site de rencontre était "Ironcross45", une allusion à un badge militaire nazi. Son adresse mail était [email protected], Il aurait également passé commande sur le site WebiOffer pour une casquette de cuir d'officier SS, faisant l'éloge de l'excellent "service clientèle".

Lu sur LObs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !