Chômage dans la zone euro : 12% en février, un nouveau record atteint | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Chômage dans la zone euro : 12% en février, un nouveau record atteint
©

Triste sort

Chômage dans la zone euro : 12% en février, un nouveau record atteint

Dans l'ensemble de l'Union européenne, le taux de chômage était de 10,9% en février, en hausse par rapport au mois précédent (10,8%). Cela correspond à 76 000 chômeurs de plus, soit 26,338 millions de personnes.

Comment endiguer la lente montée du chômage ? Les gouvernements européens peinent à trouver des solutions. Ainsi, le taux de chômage de la zone euro était de 12% en février, soit un niveau record. Le nombre de chômeurs dépasse désormais les 19 millions, selon les données publiées mardi par l'office européen de statistiques Eurostat.

Le taux de chômage apparaît inchangé par rapport à janvier, où il a été révisé à 12% contre 11,9% précédemment. Mais 33 000 personnes supplémentaires sont venues grossir les rangs des demandeurs d'emploi dans la zone euro en février. Au total, 19,071 millions de personnes étaient au chômage dans les 17 pays de l'Union monétaire. La progression du chômage est spectaculaire dans les deux zones par rapport à février 2012: le taux de chômage était alors de 10,9% dans la zone euro et 10,2% dans l'ensemble de l'UE.

Comparé à février 2012, la zone euro compte 1,775 million de chômeurs supplémentaires. L'UE dans son ensemble en compte 1,805 million de plus.

La Grèce enregistre toujours le plus fort taux de chômage de la zone euro, à 26,4% (selon les dernières données datant de décembre), mais l'Espagne est en voie de la rattraper, avec 26,3%. C'est en Autriche (4,8%), en Allemagne (5,4%) et au Luxembourg (5,5%) que les taux de chômage sont les plus faibles au sein de la zone euro.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !