Chômage : malgré le scepticisme de l'opinion, le gouvernement se veut confiant | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Les chiffres du chômage seront révélés ce mardi soir
Les chiffres du chômage seront révélés ce mardi soir
©Reuters

Totalement zen

Chômage : malgré le scepticisme de l'opinion, le gouvernement se veut confiant

Le nombre d'inscrits à Pôle emploi fin juillet sera connu ce mardi.

Cela fait 26 mois consécutifs qu'aucune baisse du chômage n'a été constatée. Pire en juin, un nouveau record avait été atteint avec 3,279 millions de personnes sans activité en métropole (+14 900 en un mois). Mais malgré ces mauvais résultats, le gouvernement demeure optimiste. Ainsi, alors que le nombre d'inscrits à Pôle emploi fin juillet sera connu ce mardi, l'exécutif multiplie les déclarations de confiance. Le message passe en boucle : il y aura une inversion de la courbe du chômage en fin d'année. Le président en a fait la promesse. De son côté, l'opinion publique se montre beaucoup plus sceptique. 

"Oui, nous inverserons la courbe du chômage (...) d'ici la fin 2013", a réaffirmé dimanche le ministre du Travail Michel Sapin, estimant que si les chiffres de juillet marquent "un ralentissement", "c'est que nous allons dans la bonne direction parce qu'avant d'inverser, il faut arrêter". Le mois dernier, il s'était déjà dit convaincu que le gouvernement était en "phase" de "stopper la hausse" et avait noté une "amélioration" malgré l'augmentation.

Il n'est pas le seul membre du gouvernement à faire part de sa confiance. En effet, Pierre Moscovici, le ministre de l'Economie, rasséréné par un rebond inespéré de la croissance au deuxième trimestre (+0,5% selon l'Insee), fait aussi part de son optimisme. L'inversion "va arriver d'ici la fin de l'année. J'en ai la conviction, une conviction informée", estimait ce dernier il y a quelques jours. "Je suis confiant sur l'inversion de la courbe du chômage. Nous allons y arriver", avait de son côté insisté François Hollande en enchaînant début août les déplacements sur le thème de l'emploi pour marteler que les signaux de reprise étaient là.

Pour l'heure, la reprise économique n'est pas suffisante pour créer des emplois dans le secteur privé. Au deuxième trimestre, 27 800 postes ont encore été détruits, selon l'évaluation de l'Insee qui prévoit une augmentation du chômage à 10,7% fin 2013 en métropole (contre 10,4% actuellement).

Lu sur Le Point.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !