Chômage : ce petit génie de 22 ans appelé en renfort par le gouvernement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Chômage : ce petit génie de 22 ans appelé en renfort par le gouvernement
©ERIC PIERMONT / AFP

Plan B

Chômage : ce petit génie de 22 ans appelé en renfort par le gouvernement

Les demandeurs d'emploi devraient recevoir des offres d'emploi (enfin) appropriées à leur profil d'ici la fin d'année 2016 grâce à Paul Duan.

Paul Duan parviendra-t-il a sauver l'avenir économique de la France ? Ce natif de Trappes âgé de seulement 22 ans, semble en effet être le dernier espoir du gouvernement pour lutter contre le chômage. Jean Bassères, le directeur général de Pôle Emploi, a récemment signé un accord de partenariat avec le jeune homme visant à lui ouvrir ses bases de données. Le but ? Permettre à Paul Duan, petit génie du Big Data, de créer un puissant algorithme grâce auquel l'application Pôle Emploi pourra guider ses adhérents de façon personnalisée. Les demandeurs d'emploi devraient donc recevoir des offres d'emploi appropriées à leur profil d'ici la fin d'année 2016. 

En 2014, alors qu'il termine ses études à la prestigieuse université américaine de Berkeley, Paul Duan crée Bayes Impact, une ONG destinée à solutionner les problèmes de société et "faire de la Terre un endroit meilleur". Plus clairement, Bayes Impact est "un groupe d'idéalistes pragmatiques qui croient que les données, bien utilisées, peuvent permettre de résoudre les principaux problèmes mondiaux". "Paul Duan travaille dans une logique bienveillante de recherche du bien commun, proche de la notion de service public. Sur des grandes causes aux États-Unis, il a déjà montré que la donnée apporte des services nouveaux", a expliqué Reynald Chapuis, le directeur de l'innovation de Pôle Emploi. 
Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !