Mauvaise nouvelle: la Chine rattrapée par la crise européenne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Mauvaise nouvelle: 
la Chine rattrapée 
par la crise européenne
©

Crise de l'euro

Mauvaise nouvelle: la Chine rattrapée par la crise européenne

Les exportations chinoises vers l'Europe sont en baisse. Malgré cela, le géant garde le cap sur la croissance.

On parle beaucoup des troubles de l’Eurozone. Mais qu’en est-il de la Chine ? Le géant semble avoir été lui aussi gagné par la contagion de la crise financière.

Plusieurs raisons à cela : l’Europe est le premier partenaire commercial de la Chine, contrairement à aux idées reçues. Pratiquement 22% des exportations chinoises ont l’Europe pour destination. Elles contribuent à hauteur de 6% au PIB chinois ; alors que seulement 17% des exportations chinoises vont aux Etats-Unis. Une info que nous donne le site américain US Funds

L'Europe, le plus important partenaire commercial de la Chine

 Le pire des scénarios s’est justement produit l’an dernier à Wenzhou, avec une vague de faillites qui a obligé beaucoup de PME à mettre la clé sous la porte. Après la chute des prêts privés, c’est aujourd'hui la crise de crédit qui frappe la province, berceau du capitalisme.

Le ralentissement de l’économie européenne affecte inévitablement la Chine. Pour prendre la température des exports, le site américain US Funds s’appuie sur le PMI (purchasing managers’ indices). Un indice qui permet de mesurer la santé économique des entreprises du monde.

Le 4 juin dernier, "le PMI de JP Morgan Global est descendu à 50.6 – juste en-dessous d’un niveau synonyme d’expansion – et le PMI d’HSBC Manufacturing en Chine a atteint 48.4. Deux chiffres en dessous de leur moyenne respective de ces trois derniers mois." Justement, le PMI d’HSBC Manufacturing en Chine reflète plutôt bien le niveau des exportations. Plus l’indice est bas, plus les exportations sont faibles.  

Mais il faut plus que cela pour mettre le géant chinois en difficulté. Par le passé, les décideurs politiques ont déjà interféré dans l’économie : en 2009, alors que les exports chutaient, ils ont mis en place un plan de stimulation massive à base de prêt aux banques et de grands travaux. La Chine a ainsi préservé sa croissance d’un coup dur.   

Cependant, le premier ministre Wen Jiabao a déclaré que le gouvernement "devrait mener une politique fiscale proactive et une politique monétaire prudente, tout en gardant le maintien de la croissance comme priorité", selon Bloomberg News. Même discours du côté de la Banque Centrale Chinoise, selon laquelle "les autorités chinoises resteront en état d’alerte et se tiennent prêtes à agir en cas de choc externe".

Pour US Funds, la Chine est sur le point de lancer une nouvelle salve de mesures économiques. "Peut-être que la Banque Centrale Européenne et la Réserve Fédérale lui emboîteront le pas, pour éviter que le scenario des derniers étés ne se répètent", conclut le site américain.

Lu sur US Funds

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !