Chine : la situation des droits de l'homme se détériore, selon un rapport officiel | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Chine : la situation des droits de l'homme se détériore, selon un rapport officiel
©Reuters

Le chat attrape les souris

Chine : la situation des droits de l'homme se détériore, selon un rapport officiel

Le rapport annuel de la Commission du Congrès et de l'Exécutif sur la Chine du gouvernement américain vient de rendre son rapport annuel officiel.

Le gouvernement chinois a accru ses actions répressives à l'encontre des droits de l'homme sur l'année précédente, selon une commission officielle du gouvernement américain. La Congressional-Executive Commission on China est une commission indépendante créée par une loi en 2000 et qui comprend des membres du Congrès des deux partis ainsi que des représentants des départements d'État et du Travail, et dont le rôle est de surveiller et d'évaluer l'évolution des droits de l'homme et de l'État de droit en Chine. La Commission vient de remettre son rapport annuel de 340 pages au président Obama. 

"Sous la direction de Xi Jinping, la Chine est moins libre, plus opprimante, et méprise de plus en plus les normes internationales", résume le rapport. Plus précisément, sur l'année qui vient de s'écouler, "le Parti communiste chinois et l'État ont encore plus restreint l'espace déjà limité pour une expression publique paisible, les activités religieuses, et le droit de manifester, et ce avec des conséquences dures pour les activistes, les avocats et la société civile. La Chine continue de mettre en place le système le plus sophistiqué au monde de contrôle de l'internet et de censure de la presse." 

"L'État a, de manière routinière, refusé des traitements médicaux à des activistes emprisonnés, ciblé les membres de famille et amis d'activistes, y compris ceux résidant à l'étranger, par du harcèlement et de la rétribution", continue le rapport. Le système du hukou, le permis de résidence que chacun doit avoir qui détermine où il est autorisé à vivre, a été rigidifié. Le passage d'une politique de l'enfant unique à une politique de deux enfants ne s'est pas accompagné d'"une réduction notable de l'énorme infrastructure d'officiels du gouvernement qui mettent en place des politiques coercitives de contrôle de la population".

De nombreux observateurs ont en effet remarqué que la direction du pays par Xi Jinping a été marquée par un culte de la personnalité accru, et une concentration du pouvoir autour de sa personnalité plus importante que ce qu'il y a eu depuis des décennies. Ces dernières années, le gouvernement chinois a effectivement réduit encore plus les marges de manoeuvre de nombreux groupes de la société civile, en particulier les groupes religieux. 

Lu sur le Washington Free Beacon

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !