Chine : 4 ans de prison pour une ancienne avocate qui a documenté la crise du coronavirus à Wuhan montrant sur les réseaux sociaux la réalité de la situation | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Coronavirus en Chine
Coronavirus en Chine
©STR / AFP

Dissidence

Chine : 4 ans de prison pour une ancienne avocate qui a documenté la crise du coronavirus à Wuhan montrant sur les réseaux sociaux la réalité de la situation

Zhang Zhan a été arrêtée en mai dernier et placée en détention à Shanghai, à 640 km. Inculpée en novembre dernier elle a vu sa grève de la faim interrompue de force

Zhang Zhan  uneancienne avocate qui a documenté la crise du coronavirus à Wuhan montrant sur les réseaux sociaux la réalité de la situation (hopitaux surchargés etc..)  a été condamnée 4 ans de prison pour  "provocation de troubles" indique la BBC.

 Dans une interview vidéo avec un cinéaste indépendant avant son arrestation, Mme Zhang (37 ans) a déclaré qu'elle avait décidé de se rendre à Wuhan en février après avoir lu un article en ligne d'un habitant sur la vie dans la ville pendant l'épidémie.

Une fois sur place, elle a commencé à documenter ce qu'elle a vu dans les rues et les hôpitaux dans des diffusions en direct et des essais, malgré les menaces des autorités, et ses rapports ont été largement diffusés sur les réseaux sociaux.

"Peut-être que j'ai une âme rebelle ... Je ne fais que documenter la vérité. Pourquoi ne puis-je pas montrer la vérité?" dit-elle dans un extrait de l'interview obtenue par la BBC. "Je n'arrêterai pas ce que je fais parce que ce pays ne peut pas reculer."

Elle est également accusée d'avoir accepté des entretiens avec des médias étrangers et d'avoir "diffusé de manière malveillante" des informations sur le virus à Wuhan. Mme Zhang avait déjà été détenue en 2019 pour avoir exprimé son soutien à des militants à Hong Kong.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !