Chili : Augusto Pinochet torturait ses opposants... avec du Julio Iglesias et du Dalida | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
Chili : Augusto Pinochet torturait ses opposants... avec du Julio Iglesias et du Dalida
©

Les dessous de l'histoire

Chili : Augusto Pinochet torturait ses opposants... avec du Julio Iglesias et du Dalida

Telles sont quelques-unes des révélations de la musicologue britannique Katia Chornik dans une étude publiée alors qu'il y a quarante ans jour pour jour, Augusto Pinochet renversait Salvador Allende à la tête du Chili.

Le camp de Guantanamo est devenu célèbre pour ses méthodes de torture incluant notamment l'écoute à fort volume de Britney Spears ; mais il n'était pas encore connu qu'Augusto Pinochet, à la tête du Chili, utilisait déjà le même genre de techniques...

La musicologue britannique Katia Chornik revient dans une étude publiée à l'occasion des 40 ans du coup d'Etat militaire au Chili sur ces intrigants moyens de pression psychologique. Ainsi, pour torturer ses opposants, les hommes de Pinochet n'hésitaient pas à leur infliger 24 heures sur 24 des titres comme "Gigi l'Amoroso" de Dalida, "My Sweet Lord" de George Harrison et à peu près toute la discographie existante de Julio Iglesias !

Dans son étude, toutefois, Katia Chornik distingue deux cas contraires où la musique a servi d'inspiration pour des prisonniers... afin qu'ils aient le courage de s'évader : les heureux élus sont "Without You" d'Harry Nilsson, "Alone Again" de Gilbert O'Sullivan et "Morning Has Broken" de Cat Stevens.

Vu sur le Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !