Chiffres du chômage : ils "ne seront pas bons", avis unanime | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Chiffres du chômage : ils "ne seront pas bons", avis unanime
©

Aux abris

Chiffres du chômage : ils "ne seront pas bons", avis unanime

Les chiffres du chômage seront dévoilés ce jeudi en fin d'après-midi.

Michel Sapin a ouvert le parapluie 24 heures avant. Mercredi sur Europe 1, le ministre du travail annonçait "les chiffres ne seront pas bons. Au mois d'août, il y a eu un incident statistique avec un bug qui a amplifié la baisse, en septembre, la hausse va elle aussi être amplifiée". Au moins les choses sont claires. Pourtant, le gouvernement reste confiant. "La courbe du chômage va s'inverser en fin d'année" continue à soutenir le ministre. 

Reste que le pari est loin d'être gagné. Et s'il est perdu, il risque d'affaiblir un peu plus François Hollande comme le laissait entendre Benoît Hamon ce jeudi matin sur RMC : "si dans deux mois, il n'y a pas l'inversion de la courbe du chômage, engagement du président de la République, si on n'a pas ça, alors qu'on a tout mobilisé pour cela, la crédibilité de ce gouvernement sera là fondamentalement entamée". 

Les chiffres attendus ce jeudi devraient donner raison à l'opposition qui répète qu'une "baisse du chômage à moyen terme est impossible". Un avis partagé par l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). Dans une analyse parue mercredi, il disait que "la tendance sur le moyen terme est plutôt à la hausse". La croissance est jugée "trop faible pour améliorer la situation sur le marché du travail". "Le chômage augmenterait régulièrement pour s'établir à 11,4 %, fin 2014" écrivait l'OFCE.

Les chiffres de ce jeudi devraient donc encore fragiliser le gouvernement. Mais chez les ministres, on sert les rangs. "Il faut être optimiste" disait récemment Pierre Moscovici. Le ministre de l'Economie et des Finances risque d'être refroidi ce soir...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !