4 pattes contre Ben Laden | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
4 pattes contre Ben Laden
©

Bête

4 pattes contre Ben Laden

Un chien accompagnait les Navy Seals lors de l'assaut contre le terroriste.

Un Marine de la 3rd Marine Division avec son chien (photo Renato Lara/US Marines Corps)

Il y avait un chien. On ne connaît pas sa race. On ne connaît pas son nom, pas plus que celui des 80 Navy Seals qui ont participé à l'opération commando qui a abouti à l'élimination de Ben Laden au Pakistan.

On ignore sa race, mais c'est sans doute un berger allemand ou un malinois selon des sources militaires anonymes citées par le New York Times qui ajoute que le commandant des forces américaines en Afghanistan, le général Petraeus, déclarait il y a un an: "L'intelligence d'un chien au combat ne peut être remplacée ni par un homme ni par une machine". Les chiens trouveraient rapidement les explosifs. Celui-ci aurait donc servi à détecter les pièges éventuels dans la résidence de Ben Laden, ou à trouver une cache, une pièce servant à se dissimuler dans la maison.

Autre possibilité : rattraper un fuyard, au début de l'attaque. Le berger allemand et le malinois courent deux fois plus vite qu'un homme, qu'ils peuvent ensuite immobiliser - ce qui évite de devoir tirer sur le fuyard. Quoiqu'il en soit, l'armée américaine a déployé 600 chiens en Afghanistan et en Irak. Un certain nombre de labradors précèdent les patrouilles au bout d'une longue laisse, par exemple.

Les chiens des Navy Seals peuvent être revêtus d'un gilet avec une caméra vidéo infrarouge sans fil qui envoie l'image à un petit écran porté par son maître. Le gilet comporte un haut parleur qui permet au soldat de commander son chien à la voix.

Lu dans le New York Times

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !