Chefs-lieux des régions : le gouvernement aurait tranché | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Les 13 régions
Les 13 régions
©Ministère de l'intérieur

Concours de Miss

Chefs-lieux des régions : le gouvernement aurait tranché

Europe 1 révèle la liste des villes que s'apprêterait à proposer le gouvernement pour le nouveau découpage des régions.

Certaines sont évidentes, d'autres vont faire grincer des dents. A en croire Europe 1, les régions vont revenir sur la table du Conseil des ministres d'ici 15 jours avec les noms des 13 villes choisies pour être les chefs-lieux du redécoupage.

En île-de-France, pas de surprise, c'est Paris qui a été choisi. Dans le Nord-Pas de Calais-Picardie, Lille a été préféré à Amiens et Rennes remporte logiquement la région Bretagne tandis que Nantes a été choisi pour le Pays-de-la-Loire. Orléans sera chef-lieu de la région centre et Dijon celui de la Bourgogne, au détriment d'Auxerre.

Cas un peu particulier en Normandie avec une très fore rivalité entre Caen et Rouen. Selon Europe 1, Laurent Fabius est même intervenu en faveur de la seconde ville. Résultat, un compromis : le chef-lieu sera Caen mais le siège du conseil régional sera à Rouen...

Dans la vaste région, Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes, Strasbourg, ville européenne, remporte la mise, comme cela était prévu. Marseille garde logiquement la main en PACA et Lyon devient chef-lieu d’Auvergne-Rhône-Alpes.

En Aquitaine-Limousin -Poitou-Charentes, Bordeaux l'emporte, sans grand suspense, face à Poitiers et Toulouse a été préféré à Montpellier pour le Midi-Pyrénées.
 

Cette liste n'est pas définitive puisque les élus locaux auront jusqu'à juillet pour faire des contre-propositions. Le gouvernement décidera alors d'éventuels changements.

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !