Le chef de la PJ de Grenoble mis en examen | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le chef de la PJ de Grenoble
mis en examen
©

Affaire neyret

Le chef de la PJ de Grenoble mis en examen

Christophe Gavat est soupçonné d'avoir récupéré du cannabis pour rémunérer un informateur.

[Mis à jour le 05/10 à 8h00]

Après Michel Neyret, le chef de la PJ de Grenoble a à son tour été mis en examen mardi 4 octobre pour "détournement de scellés" et "vol", mais laissé libre. Il est soupçonné, dans le cadre de l'affaire Neyret, qui ébranle le monde policier, d'avoir récupéré du cannabis afin de rémunérer un informateur, sur ordre du numéro 2 de la PJ de Lyon. Une accusation contestée par l’intéressé.

[Mis à jour le 04/10 à 5h00]

Michel Neyret a donc été incarcéré et mis en examen pour "corruption, trafic d'influence, association de malfaiteur, trafic de stupéfiants, détournement de biens et violation du secret professionnel". M. Neyret est soupçonné d'avoir détourné du cannabis saisi par la police afin de rémunérer des informateurs ou pour le revendre, selon la justice. Les cinq autres fonctionnaires -des subordonnés de Michel Neyret- également soupçonnés de corruption et trafic de stupéfiants, devraient être fixés sur leur sort rapidement.

[Mis à jour le 03/10 à 13h07]

Le parquet de Paris a requis le placement en détention de Michel Neyretdans l'enquête sur des soupçons de corruption. Il pourrait être mis en examen pour trafic de stupéfiants. Il devra passer devant un juge des libertés et de la détention qui décidera ou non de son incarcération.

[Mis à jour le 03/10 à 12h10]

Une source proche du dossier, selon l'expression consacrée, confirme que l'enquête sur l'affaire de corruption dans laquelle est impliquée le commissaire Neyret a mis au jour un système de détournement de drogue destiné à rémunérer les indicateurs.

[Mis à jour le 03/10 à 08h10]

Selon Le Point, la garde à vue de Michel Neyret s'est achevée ce matin vers 6h. Sa mise en examen devrait intervenir dans la journée.

[Mis à jour le 03/10 à 06h00]

Selon une source proche de l'enquête, Michel Neyret a reconnu en garde à vue avoir "pu être imprudent" en fournissant des informations ou en acceptant des cadeaux, notamment des voyages. "Il a expliqué qu'à la question: Est-ce que j'ai donné des  informations que seul un policier pouvait avoir, la réponse est oui", a précisé cette même source. A propos des voyages qui lui ont été offerts, il aurait parlé de cadeaux d'amis et non de corruption.

Deux nouveaux policiers ont été interpellés, ce qui porte à six le nombre des gardés à vue dans cette affaire.

L'épouse de Michel Neyret, propriétaire d'un hôtel de luxe, a quant à elle été mise en examen samedi soir pour recel de corruption, recel de trafic d'influence et association de malfaiteur et placée sous contrôle judiciaire.

[Mis à jour le 30/09 à 12h20]

Dans le cadre de l’enquête qui entoure le numéro 2 de la police judiciaire de Lyon, Michel Neyret trois autres responsables étaient vendredi en garde-à-vue. Il s'agirait pour les deux premiers du chef de la brigade de recherche et d'intervention (BRI) de la PJ lyonnaise, et le chef de son antenne grenobloise. Le troisième serait commandant.

[Publié le 29/09]

Michel Neyret, 55 ans, adjoint à la Direction interrégionale de la PJ de Lyon, a été placé en garde à vue jeudi après son arrestation à son domicile ont annoncé RTL et Europe1. Il devrait être transféré dans la journée à Paris ou une juridiction spécialisée doit suivre le dossier. Il serait soupçonné dans le cadre d'une affaire de corruption et de trafic de stupéfiants.

L'épouse du policier a elle aussi été interpellée ainsi que trois autres personnes.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !