Charlie Hebdo déjà en ligne de mire de Larossi Abballa en 2011 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Charlie Hebdo déjà en ligne de mire de Larossi Abballa en 2011
©Twitter

Terrorisme

Charlie Hebdo déjà en ligne de mire de Larossi Abballa en 2011

Le quotidien Le Point révèle ce mercredi que le tueur de Magnanville avait déjà prévu le "nettoyage" de Charlie Hebdo dès 2011.

C'est une info exclusive du journal Le Point, publiée ce 15 juin. Une conversation Internet entre Larossi Abballa, le tueur de Magnanville, et son "émir", Saad Rajraji, dont il subit l'influence évidente au vu du dialogue intégral entre les deux hommes, datant de du 28 février 2011.

Abballa avait déjà indiqué que "Internet avait programmé" sa radicalisation, et certains passages du dialogue le prouvent.

Suite aux caricatures de Mahomet, le prophète de l'Islam, publiées par Charlie Hebdo en 2011, l'assassin de Magnanville, qui a juré allégeance à l'État islamique indique à son émir qu'il est temps de "commencer le taf", le travail.

Quel taf ? lui demande Saad Rajraji. "Nettoyage de kouffar" (mécréants), lui répond Larossi Abballa du tac au tac.

En 2011, Larossi Abballa était déjà soupçonné de faire partie d'une filière d'envoi de combattants au Pakistan, ce qui lui vaudra d'être incarcéré en détention préventive du 14 mai 2011 au 30 septembre 2013, et de finir de se radicaliser en prison.

Cette dernière avait commencé sous influence de son "émir", à qui il demandait régulièrement de l'envoyer au Pakistan. A Saad Rajraji, il aurait d'ailleurs lancé : "C'est toi l'émir, je t'obéis. (...) Je t'en supplie, vote pour moi. Je veux rejoindre mes frères et ne plus revenir sur ce sol impur ", selon des sources policières.

Emprisonné quelques semaines après le dialogue, Larossi Abballa n'avait pu perpetrer aucun acte terroriste. Jusqu'à cette nuit tragique du 13 au 14 juin 2016.

Lire aussi : Meurtre de policiers : ce que l'on sait de l'assaillant Larossi Abballa

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !