Chantiers de Saint-Nazaire : l'État réfléchit à devenir actionnaire majoritaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Chantiers de Saint-Nazaire : l'État réfléchit à devenir actionnaire majoritaire
©Reuters

OPA

Chantiers de Saint-Nazaire : l'État réfléchit à devenir actionnaire majoritaire

Selon Libération, le gouvernement veut éviter que STX passe sous domination chinoise.

Le sauvetage de Belfort donne des idées au gouvernement qui semble prêt à reprendre l'industrie française en main. Après Alstom, c'est STX Saint-Nazaire, anciennement Chantiers de l'Atlantique, qui pourrait être "sauvé" par l'Etat français. Le problème n'est pas une question de rentabilité, l'entreprise déborde de contrats pour les années à venir. En revanche, la maison mère, société coréenne, est mal en point et souhaite vendre le fleuron. Deux repreneurs européens étaient sur la corde pour racheter les chantiers français mais la justice sud-coréenne semble en avoir décidé autrement : le groupe STX devra être racheté en totalité et non fractionné en plusieurs parts. Seul un énorme repreneur chinois peut se permettre une telle transaction. "Dans l'hypothèse d'une vente groupée, on risque de voir débarquer des Chinois aux poches profondes qui peuvent viser un transfert de techno. Ce n'est pas une option pour le gouvernement français", explique à Libération une source proche du dossier à Bercy.

L'Etat français possède un tiers du capital de l'entreprise, le restant étant pour STX. "Tous les scénarios sont à l'étude. L'Etat peut monter au capital, seul ou accompagné, pour prendre la majorité de STX France le temps qu'il faudra" poursuit la source. La décision n'est pas encore prise mais les représentants du syndicat FO de STX France doivent être reçus mardi matin à Bercy.  

Dans la journée de lundi, Bercy a néanmoins a démenti l'information. "L'objectif du gouvernement n'est pas de devenir actionnaire majoritaire de la société STX France, mais il est de peser dans le choix du repreneur pour que les chantiers de Saint-Nazaire puissent disposer d'un actionnariat industriel solide capable d'accompagner leur développement sur le long terme", écrit le ministère de l'Économie dans un communiqué.

Lu sur Challenges

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !