Chantiers de Saint-Nazaire : l'État envisagerait une nationalisation temporaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Chantiers de Saint-Nazaire : l'État envisagerait une nationalisation temporaire
©LOIC VENANCE / AFP

Plan "B"

Chantiers de Saint-Nazaire : l'État envisagerait une nationalisation temporaire

Un plan qui pourrait être enclenché en cas de désaccord avec le repreneur italien Fincantieri.

Selon Le Monde, le gouvernement français envisagerait une nationalisation temporaire des chantiers navals STX France de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). Une décision qui pourrait voir le jour en cas de désaccord avec le constructeur italien de navires Fincantieri, désigné par le tribunal repreneur de l'entreprise après la faillite de la maison-mère sud-coréenne STX Group. L'État, qui détient actuellement 33% de STX, refuse que Fincantieri devienne majoritaire dans le capital. La compagnie italienne aurait proposé des candidats pour l'accompagner au tour de table mais les autorités françaises restent en désaccord avec ces propositions.

C'est pourquoi le gouvernement français voudrait faire passer 100% de l'entreprise sous pavillon public. Avant d'en revendre 10% au groupe militaire public DCNS, environ 40% aux deux armateurs (italo-suisse MSC et américano-norvégien Royal ­Caribbean) et 10% aux salariés et dirigeants de STX Saint-Nazaire.

Contacté par Reuters, l'Elysée, qui suit de près le dossier, n'a pas encore fait de commentaires sur cette information, selon Le Figaro. Au ministère de l'Economie personne n'était disponible dans l'immédiat pour une réaction. 

>>> À lire aussi : Chantiers de Saint-Nazaire, actionnaire majoritaire à la mer : comment la passivité de l'Etat stratège risque (encore) de coûter à la France un des fleurons de son industrie 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !