Le chantier de Notre-Dame risque de manquer de tailleurs de pierre et de charpentiers | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Tailleurs de pierre - AFP
Tailleurs de pierre - AFP
©PATRICK HERTZOG / AFP

Contretemps

Le chantier de Notre-Dame risque de manquer de tailleurs de pierre et de charpentiers

Parmi les multiples contretemps aux réparations de Notre-Dame, le manque de main-d'œuvre, tout particulièrement de tailleurs de pierre, de charpentiers et de couvreurs, tient une place inquiétante.

Alors qu'Emmanuel Macron veut reconstruire Notre-Dame de Paris en cinq ans, l'un des obstacles à cet objectif pourrait être le manque de main-d'œuvre qualifiée. Un chantier de cette ampleur demande des artisans de tous types : maîtres verriers, couvreurs, tailleurs de pierre, charpentiers… Or, nombre de ces métiers, comme tailleur de pierre et charpentier, sont peu valorisés en France, donc peu choisis par les jeunes, ce qui pourrait ralentir les réparations de la cathédrale. Selon Jean-Claude Bellanger, secrétaire général des Compagnons du devoir, il faudrait recruter 100 tailleurs de pierre, 150 charpentiers et 200 couvreurs en septembre, autrement les réparations pourraient se faire au détriment d'autres chantiers. C'est l'un des problèmes qui sera porté au Conseil des Ministres de ce mercredi. Ces métiers d'artisans ont un besoin urgent de retrouver leur image d'excellence du XIIIe siècle, lorsque la cathédrale avait été construite. De plus, la reconstruction demandera des artisans titulaires d'une qualification "monuments historiques". Or les compétences nécessaires pour cette qualification sont très longues à acquérir. Heureusement, la France possède Vinci et Bouygues, deux géants européens du BTP, qui disposent de beaucoup de main-d'œuvre.

France 24

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !