Changement climatique : 18 % des Américains n'y croient pas, contre 9 % des Européens et 1 % des Chinois | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Changement climatique : 18 % des Américains n'y croient pas, contre 9 % des Européens et 1 % des Chinois
©ALAIN JOCARD / AFP

Défi planétaire

Changement climatique : 18 % des Américains n'y croient pas, contre 9 % des Européens et 1 % des Chinois

Un sondage réalisé dans 30 pays montre les inquiétudes de la population face au changement climatique.

De la Chine à l'Europe, le dérèglement du climat est pour les citoyens interrogés le plus grand défi auquel leur pays est confronté, selon une enquête de BVA menée dans 30 pays (les 28 pays de l'Union européenne, la Chine et les Etats-Unis) pour le compte de la Banque européenne d'investissement (BEI). 

Cette vaste enquête montre de grosses divergences en fonction des pays. Ainsi, 18 % des Américains interrogés ne croient pas au changement climatique, contre seulement 9 % des Européens et 1 % des Chinois. 59% des Européens (dont 53% des Français) pensent qu'il est possible d'inverser le réchauffement climatique, tandis que les Chinois sont 80% à avoir cet espoir, et 54% des Américains. Autre constatation : près de la moitié des Américains et des Chinois pensent qu'ils devront se déplacer en raison du changement climatique. C'est le cas de 33 % des Européens.

Face à ces constats, les Français se disent prêts à faire des efforts, comme réduire leur consommation de viande (pour 83% des sondés), acheter des produits locaux ou de saison (96%), chauffer moins leur foyer en hiver (84%) ou prendre leurs vacances en France (89%). Ils sont aussi 83 % à songer boycotter des entreprises ou des marques qui contribuent de façon marquée à la crise climatique.

Sondage réalisé en ligne par BVA pour la BEI auprès de 30.088 personnes âgées de 15 ans minimum (16 ans au Luxembourg) dans 28 pays de l'UE, en Chine et aux Etats-Unis, entre le 27 septembre et le 21 octobre 2019 et rendu public en janvier 2020.

Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !