Centrafrique : les violences à Bangui font au moins 300 morts | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Centrafrique : les violences à Bangui font au moins 300 morts
©

Guerre

Centrafrique : les violences à Bangui font au moins 300 morts

Le contingent de soldats français atteindra 1 600 hommes, ce samedi soir.

La France a lancé vendredi son intervention militaire en Centrafrique après avoir obtenu le feu vert des Nations Unies. Selon un responsable de la Croix-Rouge centrafricaine, les violences qui ont éclaté jeudi matin à Bangui ont fait au moins 300 morts. Si 281 corps ont été comptabilisés, le responsable souligne que les secouristes n'ont pas pu accéder à tous les quartiers touchés, dans lesquels de nombreux cadavres restent à ramasser, selon les témoignages des habitants.

Plusieurs milliers d'habitants de Bangui, craignant des exactions, ont tenté de venir se réfugier près de la base française. Ils  étaient tenus à l'écart des installations par un rideau de barbelés. C'est par ailleurs dans cette zone que les soldats français ont abattu plusieurs personnes qui avaient, selon l'état-major des armées, ouvert le feu dans leur direction et sur des civils.

Les Etats-Unis ont, quant à eux, salué le "leadership" de l'armée française dans le cadre de cette mission. "Nous sommes certains que le puissant leadership de la France qui a envoyé 800 soldats supplémentaires sur le terrain et son soutien à la force panafricaine présente en Centrafrique (Misca) envoient à toutes les parties le message clair que la violence doit cesser", a déclaré la porte-parole adjointe du département d'Etat, Marie Harf.

Les premiers renforts terrestres de l'armée française ont par ailleurs pénétré samedi matin en Centrafrique. Venue du Cameroun, une colonne de l'armée française a traversé la frontière dans la localité de Cantonnier. Les soldats ont été salués par la foule. Selon François Hollande, le contingent français atteindra 1 600 hommes, ce soir, dont la mission sera de "désarmer toutes les milices et groupes armés qui terrorisent les populations".

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !