Centrafrique : François Hollande demande l’aide de l’ONU | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Centrafrique : François Hollande demande l’aide de l’ONU
©

International

Centrafrique : François Hollande demande l’aide de l’ONU

Le président de la République a demandé à Ban Ki-moon, jeudi 13 février, "d'accélérer la préparation d'une opération de maintien de la paix" de l'ONU en Centrafrique.

François Hollande a demandé à Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations Unies "d'accélérer la préparation d'une opération de maintien de la paix" de l'ONU en Centrafrique, ce jeudi 13 février 2014. Une demande formulée par le chef de l’Etat lors d’un entretien téléphonique, a indiqué l’Elysée dans un communiqué.

Au cours de l’entretien, les deux responsables ont évoqué la situation du pays, où François Hollande a lancé l’opération Sangaris, le 5 décembre dernier, pour y faire cesser les massacres et empêcher la déstabilisation de la zone. Une situation qui "reste marquée par une insécurité et des mouvements de population préoccupants", souligne l'Elysée. La semaine dernière, plusieurs lynchages ont eu lieu dans la capitale, provoquant l'émoi de la communauté internationale.

"Le Conseil de sécurité a fixé un mandat clair, qui doit être mis en oeuvre rapidement et fortement. Il s'agit notamment d'accélérer la préparation d'une opération de maintien de la paix, en partenariat étroit avec l'Union africaine, a précisé la présidence de la République. Il s'agit aussi de restaurer l'autorité de l'Etat, sous la présidence de Mme Samba-Panza et d'aider le gouvernement centrafricain à préparer les élections".

Mardi 11 février, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, en déplacement dans la région, a durci le ton lors d’un passage en République du Congo, pays frontalier de la Centrafrique. Il a tenu un discours de fermeté contre les milices qui sévissent en Centrafrique, affirmant que les forces internationales étaient prêtes à mettre fin aux exactions.

Lu sur bfmtv.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !