Centrafrique : après un vote au Parlement, la France va poursuivre l'opération Sangaris | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
L'opération Sangaris en Centrafrique sera plus longue que prévue
L'opération Sangaris en Centrafrique sera plus longue que prévue
©Reuters

C'est officiel

Centrafrique : après un vote au Parlement, la France va poursuivre l'opération Sangaris

Les députés et sénateurs ont autorisé ce mardi à une large majorité la prolongation au-delà de quatre mois de l'intervention militaire.

"Ce sera plus long que prévu" avait estimé il y a une dizaine de jours Jean-Yves Le Drian. Et le ministre de la Défense ne s'était pas trompé. En effet, ce mardi, le Parlement a voté pour la prolongation de l'intervention militaire française en Centrafrique, baptisée opération Sanagaris. La mission ira donc au-delà des quatre mois voté initialement. Concrètement, les députés se sont prononcés par 428 voix pour, 14 contre et 21 abstentions. Quant au Sénat, le vote a été acquis par 328 voix pour, 3 sénateurs ont voté contre et 15 se sont abstenus. A Bangui, la présidente de transition centrafricaine Catherine Samba-Panza s'est aussitôt "réjouie que le peuple français accepte de voler au secours du peuple centrafricain".

Cependant, alors que la situation humanitaire est dramatique dans le pays,  le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a appelé les Nations Unies à faire "davantage et plus vite" pour prendre le relais de la France. Tout en admettant que les difficultés restent "considérables" en Centrafrique, le Premier ministre a souligné les "réels progrès" réalisés depuis décembre, et assuré que l'opération française a permis d'éviter "l'embrasement général" du pays. "La France n'a pas vocation de se substituer aux forces internationales auxquelles il incombe d'assurer dans la durée" la sécurisation du pays, a-t-il affirmé, en insistant sur l'urgence de mettre en œuvre une opération de maintien de paix sous casques bleus de l'ONU.

"Nous sommes en relais d'une opération de maintien de la paix des Nations-Unies", a martelé Jean-Yves Le Drian. Il faut, selon le ministre de la Défense, "tout mettre en œuvre" pour qu'une élection présidentielle puisse avoir lieu comme annoncé en février 2015 en Centrafrique.

lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !