Cent intellectuels dénoncent "le nouveau totalitarisme islamiste" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Cent intellectuels dénoncent "le nouveau totalitarisme islamiste"
©ERIC FEFERBERG / AFP

Un appel

Cent intellectuels dénoncent "le nouveau totalitarisme islamiste"

Dans Le Figaro, Finkielkraut, Kouchner, Ferry et 97 autres personnalités signent une tribune intitulée "Non au séparatisme islamiste".

"Ce ne sont pas nos affinités qui nous réunissent, mais le sentiment qu'un danger menace la liberté en général et pas seulement la liberté de penser", expliquent cent intellectuels dans une tribune publiée sur Le Figaro ce 20 mars. Dans ce texte intitulé "Non au séparatisme islamiste", ils dénoncent "le nouveau totalitarisme islamiste".

Un "apartheid d'un nouveau genre est proposé à la France"

"Le nouveau totalitarisme islamiste cherche à gagner du terrain par tous les moyens et à passer pour une victime de l'intolérance", affirment-ils. Et d'expliquer, qu'ils ont "pu observer cette stratégie lorsque le syndicat d'enseignants SUD Éducation 93 proposait il y a quelques semaines un stage de formation comportant des ateliers de réflexion sur le 'racisme d'État' interdits aux 'Blanc.he.s'".

>>> À lire aussi : "Les musulmans ne sont pas des bébés phoques" - islam, islamisme, islamophobie: à lire d'urgence, en priorité 

D'Alain Finkielkraut à Bernard Kouchner en passant par Sylvain Tesson, Yann Queffelec, Luc Ferry, Françoise Laborde ou encore Élisabeth Lévy, ils s'insurgent contre cet "apartheid d'un nouveau genre qui est proposé à la France". "Comment ne pas voir que la laïcité protège aussi les religions minoritaires?", se demandent-ils.

"Il est en réalité l'arme de la conquête politique et culturelle de l'islamisme"

"Le nouveau séparatisme avance masqué. Il veut paraître bénin, mais il est en réalité l'arme de la conquête politique et culturelle de l'islamisme. L'islamisme veut être à part car il rejette les autres, y compris les musulmans qui ne partagent pas ses vues. L'islamisme déteste la souveraineté démocratique car elle lui refuse toute légitimité. L'islamisme se sent humilié lorsqu'il ne domine pas", écrivent-ils.

Selon eux, "l'islamisme veut être à part car il rejette les autres, y compris les musulmans qui ne partagent pas ses vues". In fine, ils affirment vouloir vivre dans "un monde complet où les deux sexes se regardent sans se sentir insultés par la présence de l'autre(...) où les femmes ne sont pas jugées inférieures par nature (...) où les gens peuvent se côtoyer sans se craindre (...) où aucune religion ne fait la loi".

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !