Ce que l'on sait de Libra, le projet de monnaie de Facebook | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Nouveau monde
Ce que l'on sait de Libra, le projet de monnaie de Facebook
©JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Crypto

Ce que l'on sait de Libra, le projet de monnaie de Facebook

Le réseau social va lancer début 2020 sa propre crypto-monnaie.

Pour Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, il devrait être aussi facile à un internaute d'envoyer une photo que de l'argent à quelqu'un. C'est pourquoi il a décidé de créer Libra, une crypto-monnaie qui sera lancée début 2020. Elle permettra d'acheter des services et des produits et transférer des sommes d’argent à n'importe qui, de manière très simple.

L'idée est que Libra ("balance", en latin) permette aux utilisateurs et aux marchands de faire des transactions commerciales dans l’environnement Facebook, qui compte 2,3 milliards d'utilisateurs.Cela comprend Facebook et sa marketplace, mais aussi la messagerie Messenger, les pages des annonceurs Facebook, mais aussi Instagram ou le réseau WhatsApp.

Pour que cette crypto-monnaie soit rapidement adoptée par le maximum d'utilisateurs, Facebook va permettre de convertir en ligne sa monnaie nationale en Libra, sans avoir à payer de commission. Cela sera un véritable aspirateur à cash pour le réseau social, qui vit à 98 % de ses revenus publicitaires et pourrait ainsi récupérer rapidement des milliards de dollars de liquidités.

 Pour éviter les dérives des crypto-monnaies actuelles, la Libra devrait être gérée par une sorte de conseil d'administration comprenant une vingtaine de sociétés dont Visa-Mastercard, PayPal, Spotify mais aussi Uber, Booking.com ou encore Iliad, la maison mère de l’opérateur téléphonique Free. En outre, le taux de change de Libra sera limité et encadré, pour lui assurer une stabilité, loin de la spéculation que connaissent les autres crypto-monnaies. 

​Libra devrait être officialisée par Facebook le 18 juin.

Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !