Ce que contiennent les fameuses notes du Prince Charles au gouvernement de Tony Blair | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Ce que contiennent les fameuses notes du Prince Charles au gouvernement de Tony Blair
©

Petits mémos

Ce que contiennent les fameuses notes du Prince Charles au gouvernement de Tony Blair

Dévoilés ce mercredi, les 27 documents s'apparentent à des pressions politiques sur de nombreux sujets.

Après l'accalmie de la naissance, voici un nouveau scandale pour la famille royale britannique. Après une bataille judiciaire, le gouvernement actuel a été contraint de dévoiler les notes privées du Prince Charles à destination de Tony Blair entre 2004 et 2005. Les "Black Spider memos," référence à son écriture noire et filandreuse, couvrent de nombreux sujets, pour celui qui devrait être en dehors de toute implication politique.

Certaines thématiques abordent la faune sauvage, comme la protection des albatros, mais d'autres sont plus sensibles. En 2003, il s'alarme sur l'équipement militaire des soldats en Irak, "leur travail très difficile, sans les ressources nécessaires." Voilà une façon de donner son avis à Tony Blair, qui s'était engagé dans ce conflit avec les Etats-Unis.

Au ministère de l'Education, le prince Charles partage sa préoccupation sur la qualité des repas servis à la cantine. Au secrétariat pour l'Industrie, il tente d'obtenir des fonds pour une association caritative, sans succès. Sur l'Europe, il se plaint d'une décision de Bruxelles.

Le sujet est sensible au Royaume-Uni où la famille royale est logiquement cantonnée à un sévère devoir de réserve. La presse britannique et notamment le Guardian ont ainsi lutté pendant 10 ans pour obtenir cette publication auprès des tribunaux.

Lu sur le Washington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !