Ce qu'il faut retenir de la journée politique du 2 mai | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Ce qu'il faut retenir de la journée politique du 2 mai
©AFP

Les réactions

Ce qu'il faut retenir de la journée politique du 2 mai

Droite et gauche, toujours abasourdies par la défaite réfléchissent à leur recomposition.

  • La campagne se tend entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron
  • A gauche, Manuel Valls acte "la mort" du PS tel qu'il est aujourd'hui
  • Bernard Cazeneuve sera "le chef de file" du PS aux législatives


----------EN DIRECT-------------

A LIRE AUSSI - Nicolas Dupont-Aignan : "La droite française s’est trop longtemps couchée face au politiquement correct. Quand la gauche s'unit, on applaudit, quand c'est la droite, on culpabilise les Français"

21h45 : Brigitte Bardot appelle ceux qui aiment les animaux à ne pas voter Macron

Dans un communiqué intitulé "Si Macron passe, les animaux trépassent", l'ancienne actrice proche du Front National appelle "ceux qui aiment les animaux" à ne pas voter pour le leader d'"En Marche !". Dans ce communiqué, elle fustige les positions d'Emmanuel Macron sur les chasseurs et les éleveurs sans pour autant appeler à voter Marine Le Pen.

21h37 : François Baroin, nouveau chef de file LR pour les élections législatives

François Baroin a été désigné comme chef de file pour mener les élections législatives avec Matignon dans le viseur

20h30:  Ralliement de Dupont-Aignan

Marine Le Pen, toujours au 20h de TF1 est revenue sur le rapprochement avec Nicolas Dupont-Aignan à qui elle a promis un poste de Premier ministre. Elle a déclaré : "Nous nous rassemblons dans l’intérêt de la France avec Nicolas Dupont-Aignan, nos projets sont très proches." Et appelle désormais Emmanuel Macron à clarifier sa position sur son choix d'un Premier ministre "en toute transparence".

20h15 :  Marine Le Pen s'explique sur sa vision de l'Europe

La candidate du Front National veut laisser la décision aux Français qui "voteront par référendum après l’issue de notre négociation avec l’UE : ce sont eux qui décideront" et a réaffirmé  vouloir " mettre en place du patriotisme économique" pour pouvoir "défendre nos entreprises dans la mondialisation".  Elle adoucit sa position sur la sortie de l'Europe en en appelant maintenant à " une nouvelle Europe des Nations libres, contre cette Union européenne anti-démocratique".

20h10 : Marine Le Pen confirme le plagiat

Au 20h de TF1, Marine Le Pen, candidate du Front National confirme avoir plagié un discours de François Fillon prononcé il y a 15 jours. La candidate déclare : " J’assume totalement ce clin d’œil et ce buzz. Du coup c’est pas mal, parce que ce discours a été écouté des centaines de milliers de fois depuis hier. Vous savez, nous avons des points d’accord avec François Fillon, sur la culture française, sur la langue".

20h02: Marine Le Pen invitée du 20H de TF1

Marine Le Pen va s'exprimer au 20h de TF1. Elle devrait s'expliquer sur les accusations de plagiat du discours de Francois Fillon.

19h46 : Bayrou a résisté à "l'éclat de rire"

François Bayrou lorsqu'il a apprit le ralliement de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen a déclaré sur BFMTV avoir "résisté à l'éclat de rire"

19h35 : Bernard Cazeneuve appelle à "voter sans ambiguïté" Emmanuel Macron

Bernard Cazeneuve est arrivé au meeting PS de soutien à Emmanuel Macron à Dijon en présence de Jean-Christophe Cambadélis, Stéphane le Foll et François Rebsamen, maire de la ville. Sur place, il a appelé à "voter sans ambiguïté" Emmanuel Macron.

18h56 : Pour Frédéric Salat-Baroux, voter Emmanuel Macron "est le premier geste de reconstruction de la droite"

L'ancien secrétaire général de l'Elysée, Frédéric Salat-Baroux a estimé dans une tribune au journal l'Opinion que "le premier acte de la reconstruction de la droite est le vote Macron". L'actuel avocat et gendre de Jacques Chirac a enfoncé le clou en déclarant que "L’intérêt de la France, notre honneur républicain, notre capacité à pouvoir nous rebâtir demain commandent de dire aujourd’hui haut et clair : aucune voix de droite ne doit manquer à Emmanuel Macron".

18h02 : Le résultat de la consultation des Insoumis :

Les militants Insoumis plébiscitent l'abstention, le vote nul ou blanc au second tour.

17h40 : Deux tiers des militants de Jean-Luc Mélenchon plébiscitent l'abstention, le vote blanc ou Nul

Le résultat de la consultation des Insoumis a été donné, les militants de Jean-Luc Mélenchon s'expriment aux 2/3 en faveur de l'abstention, du vote blanc ou nul. Les électeurs, eux, plébiscitent à 44% Emmanuel Macron au second tour selon un sondage Elabe pour BFMTV.

16h56 : François Fillon appelle les électeurs LR à "Ne pas se jeter dans le vide"

Lors d'un "discours aux parlementaires" mardi, François Fillon a appelé les électeurs LR à "ne pas se jeter dans le vide" et à "faire preuve de bon sens" concernant le deuxième tour de l'élection présidentielle. Au soir de sa défaite, il avait déjà appelé à voter Emmanuel Macron contre Marine Le Pen.

16h 05: Pour Stéphane Le Foll, "c'est la fin du PS"

Dans un entretien donné au Parisien, Stéphane Le Foll, ministre de l'agriculture "C'est la fin du PS tel qu'il a vécu jusqu'ici".

16h : Emmanuel Macron se dit prêt à investir Manuel Valls

Le candidat d' "En Marche" s'est dit prêt à investir l'ancien Premier ministre aux législatives, à condition que ce dernier "abandonne l'étiquette PS". Pas question toutefois de lui offrir un poste de ministre, "question de renouvellement". Pas certain que l'intéressé soit sensible au geste...

14h35 : "Emmanuel Macron, c'est du recyclage" tranche Marine Le Pen

"Emmanuel Macron ne cherche même plus à dissimuler son véritable projet : faire réélire les socialistes qui ont largement contribué à la ruine du pays depuis cinq ans" a écrit la candidate du Front national sur son blog. "De Ségolène Royal à Robert Hue, d'Édith Cresson à Alain Minc, de Jacques Attali à Daniel Cohn-Bendit, les amis de M. Macron représentent le pire du système depuis des décennies. C'est la continuité parfaite des idées et des politiques que les Français rejettent."

13h30 : François Fillon met en garde les élus LR

Selon le Figaro, François Fillon a mis en garde les élus LR contre le mouvement En marche. "Ne laissez à personne le monopole de la vraie modernisation nationale, ne laissez pas tomber la passion de la liberté, ne laissez pas s’abimer l’amour de la France."

12h50 : "C'est à François Fillon que j'ai transmis les éléments de discours" affirme Paul-Marie Coûteaux

"Il n'est pas mauvais que ce soit les mêmes références et les mêmes mots qui se trouvent dans la bouche de deux candidats de droite dont j'ai toujours pensé qu'ils étaient plus proches qu'on voulait bien le dire", explique-t-il sur France Info.

12h45 : Macron vainqueur dans un nouveau sondage

Selon un sondage Ipsos / Sopra Steria pour France Télévisions et Radio France, Emmanuel Macron emporterait le second tour avec 60% des voix.

12h15 : duel par JT interposé

Ce amrdi soir, Emmanuel Macron sera au 20h sur France 2 tandis que Marine Le Pen sera au même moment sur TF1.

11h35 : Macron à son QG

Selon les informations du Monde, Emmanuel Macron restera à son QG ce mardi et ce mercredi pour préparer son débat.

11h30 : Yanis Varoufakis appelle à voter Macron

Dans une tribune dans le Monde, l'ancien ministre grec estime que les "électeurs progressistes français ont toutes les raisons d’être en colère contre Emmanuel Macron (…) Néanmoins, il n’en est pas moins scandaleux pour tout progressiste que de renvoyer dos-à-dos Le Pen et Macron."

11h15 : Paul-Marie Coûteaux  est bien l'inspirateur du discours de Fillon, repris par Le Pen

11h : "il faut qu'Emmanuel Macron s'adresse à l'électorat de droite" affirme NKM

Nathalie Kosciusko-Morizet : "Il n'y a pas 36 moyens de battre le FN : il faut qu'Emmanuel Macron s'adresse à l'électorat de droite" affirme la députée LR sur France Inter. "Sur la rigueur de la gestion budgétaire, la lutte contre le communautarisme et le terrorisme islamique, Macron doit aller plus loin."

Jean-Christophe Cambadélis : "Bernard Cazeneuve sera notre meneur de jeu", pour les législatives. "Nous allons renouveler notre plateforme et les candidats, dès les législatives. Il y aura de nouveaux candidats".

Stéphane Le Foll : "Il va falloir se réinventer", affirme dans le Parisien le porte-parole du gouvernement. "Il faudra y réfléchir après les législatives. Dans le moment présent, il faut rester rassemblés et responsables. Sinon, on risque l'éclatement général (…) je pense que c'est la fin du parti tel qu'il a vécu jusqu'ici".

Jean-Louis Borloo : "Que la droite française comprenne : si le FN est élu, c'est eux qui seront liquidés aux législatives" explique l'ancien ministre qui a apporté son soutien à Emmanuel Macron. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !