Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©Capture Assemblée nationale

Migrants

Cazeneuve : "Il n'y a pas de mini-Calais en France"

Le ministre s'est félicité du démantèlement de la Jungle de Calais, et a rajouté qu'il "n'y avait aucune raison" de ne pas maintenir les migrants en France.

"Il n'y a aucun mini-Calais en France, il n'y a que des centres d'accueil et d'orientation", a déclaré le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. Il s'exprimait devant les députés à l'occasion du débat sur le budget 2017, et notamment la mission "immigration, asile et intégration" du ministère de l'Intérieur.

"Les discours qui ont été tenus relevaient de manipulations et d'instrumentalisation dans un contexte d'irresponsabilité absolue", s'est-il insurgé. En effet, plusieurs responsables politiques, notamment à droite, avaient déclaré que le démantèlement de la Jungle ne ferait que créer des "mini-Calais" partout en France.

Le ministre s'est en outre félicité de l'opération de démantèlement de la Jungle, qui a "sorti de la boue et du froid" des milliers d'adultes et 1930 mineurs, rajoutant que "les troubles publics qui résultaient de cette concentration avaient cessé. Depuis dix jours, il n'y a aucune intrusion sur la rocade, ni sur le tunnel".

Les migrants de Calais n'étaient pas des étrangers en situation irrégulière ayant vocation à être renvoyés chez eux, mais "venaient de pays où il ont été persécutés, qu'il s'agisse des Soudanais du Darfour, des Érythréens, des Irakiens, des Syriens. Il n'y avait aucune raison de ne pas leur accorder la protection", a-t-il ajouté, précisant que la plupart avaient vocation à recevoir le droit d'asile. 

Le député républicain Eric Ciotti lui a répondu qu'il n'a "rien réglé sur le fond" et a dénoncé une "utilisation du droit d'asile à des fins d'immigration illégale", parlant d'"une perversion contre laquelle vous n'avez pas su combattre." 

A LIRE AUSSI : Bombe à retardement ? L’Europe face au défi de la sociologie disproportionnellement masculine des migrants

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !