"Catastrophique" : Florian Philippot démolit Marine Le Pen dans son livre à paraître | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
"Catastrophique" : Florian Philippot démolit Marine Le Pen dans son livre à paraître
©MARTIN BUREAU / AFP

Au vitriol

"Catastrophique" : Florian Philippot démolit Marine Le Pen dans son livre à paraître

L'ancien bras droit de la présidente du Rassemblement national (ex-FN) revient dans son nouveau livre, "Frexit", sur son aventure commune avec Marine Le Pen, qu'il étrille sèchement au passage.

Florian Philippot n'a visiblement pas encore enterré la hache de guerre. Dans son nouveau livre à paraître en vue des élections européennes de mai 2019, intitulé Frexit, le patron des Patriotes se livre à des révélations surprenantes sur Marine Le Pen, qu'il a côtoyée durant de longues années, rapporte Le Figaro.

Marine Le Pen n'a « jamais été très sûre de ses convictions »

Dans son livre, Florian Philippot revient notamment sur le débat d'entre-deux-tours de mai 2017, au cours duquel Marine Le Pen sombre face à Emmanuel Macron. Selon lui, la présidente du RN est alors « catastrophique, sur le fond cet plus encore sur la forme ». « Elle ne rassure pas, elle fait peur. Sa posture ne convient pas. Son ton est décalé. Ses rictus et ses rires inquiètent. Ce soir-là, des millions de voix basculent ou se perdent pour longtemps dans l'océan de l'abstention », assure-t-il, au contraire des Bruno Bilde, Louis Aliot et Philippe Olivier (le beau-frère de Marine Le Pen), qui louent alors sa « pugnacité ».
Le patron des Patriotes confie également avoir été témoin de la « détresse psychologique » dont a été victime Marine Le Pen après la mise à l'écart du parti de son père, Jean-Marie, à l'été 2015. Un « vide affectif », selon lui, qui va mener celle qui « n'avait fait de la politique qu'avec lui et par lui » à se tourner vers les vieilles connaissances du parti. Aussi, Florian Philippot fustige comment Marine Le Pen, qui n'a selon lui « jamais été très sûre de ses convictions », a renoncé « à la victoire » pour assurer « quelques mandats ». Il dénonce un « renoncement » chez la patronne du RN après la victoire d'Emmanuel Macron à la présidentielle : « Je la connais très bien. Je décèle le sens de chaque regard, de chaque moue du visage, même cachée derrière un sourire carnassier ou de circonstance. Elle avait compris : jamais elle n'accéderait à l'Élysée ».
Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !