Carla Bruni : "le pingouin n'a pas de visage..." | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Little French Song", le nouvel album de Carla Bruni, sortira le 1er avril
"Little French Song", le nouvel album de Carla Bruni, sortira le 1er avril
©

Promo

Carla Bruni : "le pingouin n'a pas de visage..."

A l’occasion de la sortie de son nouvel album, l’ex Première Dame évoque la mise en examen de Nicolas Sarkozy et "l’affaire du Pingouin".

A l’occasion de la sortie de son nouvel album, l’ancienne Première Dame fait un retour très remarqué dans l’actualité. Evidemment, toutes les pensées sont tournées vers la mise en examen de son mari Nicolas Sarkozy, dans l'affaire Bettencourt. "Une épreuve très douloureuse" selon Carla Bruni dans une interview au Parisien. L'un de volets de l'affaire Bettencourt porte sur des soupçons de financement illégal de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy, qui aurait rendu plusieurs visites à Liliane Bettencourt avant l'élection d'après des témoins, alors qu'il affirme n'avoir rencontré que son mari, une seule fois.

"Ma famille et moi, nous le vivons comme une épreuve très douloureuse. C'est très difficile de ne pas en parler mais c'est tout aussi difficile d'en parler. J'enrage de ne pas pouvoir m'exprimer", déclare la chanteuse, en "essuyant une larme", note le journaliste du Parisien. Elle décrit son mari comme "serein et combatif" après sa mise en examen jeudi pour abus de faiblesse à l'encontre de Liliane Bettencourt, l'héritière de L'Oréal. "On va tout faire pour que la vérité éclate", ajoute Carla Bruni-Sarkozy, en référence au message que Nicolas Sarkozy avait laissé sur son Facebook, où l'ancien chef de l'Etat affirmait : "la vérité finira par triompher. Je n’en doute pas".

Même quand elle est interrogée sur son nouvel album, la politique n’est jamais très loin. Dans ses déclarations, Carla Bruni-Sarkozy revient aussi sur la polémique née autour de sa chanson « Le Pingouin », dans laquelle certains ont voulu reconnaître François Hollande.  "Le pingouin n'a pas de visage", affirme-t-elle dans le Figaro, "c'est une réponse à chaque agression à laquelle je n'ai pas su répondre". "C'est une métaphore", déclare-t-elle aussi, "je ne cible pas une personne, mais 1 000 personnes, qui peuvent être désagréables dans plein de situations. J'ai été stupéfaite par les interprétations". 

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !