PS 36,4 %, UMP 18,9 %, FN 11,3 % | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
PS 36,4  %,
UMP 18,9 %, FN 11,3 %
©

Cantonales

PS 36,4 %, UMP 18,9 %, FN 11,3 %

Martine Aubry parle d'un devoir de victoire pour 2012, la droite minimise sa défaite et le Front national s'implante.

[Mis à jour le 28/03 à 5h20]

Parmi les personnalités en lice, on note l'élection de Patrick Devedjian dans les Hauts-de-Seine, et la défaite d'Isabelle Balkany qui perd son siège de conseillère générale. Dominique Perben a également été battu dans le Rhône, tout comme Maxime Gremetzdans la somme.

Marie-Claude Bompard, dissidente du FN, a été élue dans le Vaucluse. A l'UMP, François Goulard est élu dans le Morbihan. Au PS, Jean Glavany obtient la majorité dans les Hautes-Pyérénées.

Voici un florilège vidéo des réactions des principaux responsables politiques, ce dimanche 27 mars :

Voyez également cette carte des tendances politiques au soir du second tour des élections cantonales 2011. Elle est publiée par LeMonde.fr.

[Le 27/03]

Alors que les appels à la mobilisation des électeurs semblent être restés lettre morte avec un taux d'abstention (53,15 %) sensiblement égal à celui du premier tour, le PS a recueilli 36,44 % des voix au second tour des élections cantonales dimanche, devant l'UMP à 18,90 %, tandis que le Front national en a récolté 11,34 %, selon les résultats communiqués par le ministère de l'Intérieur. 

Les divers droite ont obtenu 10,38 % des voix, le parti communiste 4,88 % et Europe Ecologie Les Verts 2,77 %. 

Le total des voix de gauche atteint 49,9 % des suffrages exprimés, la majorité présidentielle 35,87 %.

Le FN gagne deux sièges de conseillers généraux à Carpentras dans le Vaucluse et à Brignoles dans le Var. Le FN réalise un score supérieur à 11 % des voix au niveau national tout en n'ayant été présent que dans 402 cantons. Dans certains cantons, le Front National a dépassé 40 % des suffrages exprimés. Marine Le Pen, tout sourire sur les différentes chaines de télévision a affirmé que le "le front républicain a pris un méchant coup dans l'aile", estimant que "le système s'effrite". "Nous enregistrons d’énormes poussées y compris là où on indiquait que nous n’avions pas de réserve de voix". "Les abstentionnistes ont peut-être trouvé le projet qu’ils attendaient", ajoute-t-elle. "Il faudra compter avec le FN dans les premières places aux prochaines élections présidentielles et législatives". Le parti d'extrême droite qui avait recueilli aux alentours de 620 000 voix au premier tour en a obtenu 900 000 au second soit un gain de 280 000 électeurs.

Le Jura, les Pyrénées Atlantique basculent à gauche, ce qui reste en deçà des objectifs que s'était fixé Martine Aubry en espérant que 6 à 8 départements passent de droite à gauche. Ce sont d'ailleurs surtout les alliés du PS qui progressent en nombre de voix, les socialistes réalisant, eux, un score inférieur en suffrages qu'aux cantonales de 2004. Le sort de la Loire et de la Savoie, comme ceux de la Réunion et Mayotte sont encore incertains. 

Sur TF1, Martine Aubry, première secrétaire du PS a déclaré "notre responsabilité est immense et je vais mettre toute mon énergie à rassembler la gauche pour porter ce projet d'une autre France car c'est bientôt 2012". "Les Français ont ouvert la porte du changement aujourd'hui et nous allons nous y engouffrer avec eux pour changer la France", a t'elle ajouté, estimant que "notre responsabilité est immense". "C'est ce que nous allons faire dès le 5 avril en présentant un projet aux Français et puis bien sûr en rassemblant la gauche parce que c'est comme cela qu'en 2012, la France pourra changer". S'adressant aux militants socialistes, Martine Aubry a estimé qu'un devoir de victoire s'imposait à la gauche pour 2012.

François Hollande, pour sa part, réussit son pari de conserver la présidence du Conseil général de la Corrèze, ouvrant la porte à une déclaration de candidature aux primaires socialistes puisque l'ancien premier secrétaire du PS avait exclu de se présenter en cas de défaite. 

La Sarthe, fief du premier ministre François Fillon reste à droite tandis que le Val d'Oise, terre d'élection de Dominique Strauss-Kahn, y passe. Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP s'est déclaré "un peu déçu" tout en constatant que le PS était "très loin des résultats qu'il escomptait faire". "On aurait souhaité des meilleurs résultats mais là où le PS réputé premier parti d'opposition depuis 10 ans prétendait à 10 présidences de conseils généraux suplémentaires, on en sera très loin ce soir." "A droite, on doit tirer tous les enseignements de ces résultats et on doit évidemment le faire notamment par rapport à la poussée du Front National" a t'il déclaré sur France 2. Sur TF1, le secrétaire général de l'UMP reconnaissait que "l'UMP était dans une période difficile" marquée par la crise tout en soulignant que "résoudre les problèmes est parfois long" alors que le Front National se contente de poser les problèmes sur la table sans proposer de solutions.

Sur le site officiel, on peut lire que l'UMP estime qu'il n'y a pas de désir de PS chez les Français : "Que les socialistes ne se réjouissent pas plus que de mesure. Les résultats montrent qu’ils ne représentent pas une alternative crédible pour les Français qui pour 56 % d’entre eux, ne sont pas allés voter".

Dans un communiqué, François Fillon a indiqué que "dans un contexte rendu très difficile par deux années de crise, les candidats de la droite et du centre ont bien résisté". "La gauche progresse mais le recul de la majorité est moins important qu'annoncé". A propos du Front National, il a jugé que son score démontrait que "le vote protestaire ne doit pas être sous estimé et banalisé". "Ce parti doit être combattu et les causes de son audience doivent être lucidement évaluées et traitées".

Le taux d'abstention aurait atteint 56 % selon une estimation Ipsos Logica Business consulting pour France Télévisions, même fourchette pour un autre sondage signé OpinionWay Fiducial.

Premiers résultats : le PS aurait recueilli 35,05 % des voix au second tour des élections cantonales dimanche, devant l'UMP, 18,89 %, tandis que le Front national en a récolté 10,01%, selon les premières estimations du ministère de l'Intérieur.

Lu sur site Ministère de l'Intérieur

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !