Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique

Au combat

Cantonales : Bernadette Chirac se bat contre la suppression de son canton

Le redécoupage électoral doit amener la suppression de son fief, où elle est élue depuis 1979.

Bernadette Chirac a encore des combats à mener. Alors que la Corrèze doit passer de 37 à 19 cantons à l'orée des élections de 2015, l'ancienne première dame devrait voir son canton purement et simplement supprimé. Evidemment, Bernadette Chirac ne l'entend pas de cette oreille et compte se battre. "On pensait qu’elle ne se représenterait pas, on a peut-être fait une erreur d’appréciation", avoue un élu local socialiste dans Le Parisien.

"Je n’ai pas pris ma décision, vous ne pouvez pas faire comme si", réplique dans Paris Match celle qui aura 82 ans lors des prochaines cantonales. "Effacer trente ans de travail d’un coup de crayon est à ses yeux inacceptable", fustige son entourage. Elue sans discontinuer depuis 1979, Bernadette Chirac a d'ores et déjà eu un rendez-vous avec Bernard Combes, conseiller de François Hollande, maire de Tulle et premier vice-président du Conseil général de Corrèze pour lui présenter son contre-projet de découpage des cantons.

Selon le conseiller général de Corrèze Daniel Chassaing, la suppression du canton des Chirac est à interpréter comme une attaque personnelle : "Son canton est complètement éclaté, explosé, il n’existe plus ! Je pense que le président de la République n’est pas complètement étranger à ce découpage". Manuel Valls a également dû s'expliquer avec l'ancienne première dame pendant près d'une heure, tandis que François Hollande a reçu sa visite et a, lui aussi, dû fournir quelques explications. La "dame des pièces jaunes" n'a visiblement pas l'intention d'abandonner.

Lu sur Europe 1
Commentaires
Nos articles sont fermés aux commentaires.