Le cannabis contre l'obésité? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Le cannabis contre l'obésité?
©

Paradoxe

Le cannabis contre l'obésité?

Des chercheurs français expliquent que les fumeurs de cannabis ont un risque d'obésité moins élevé que le reste de la population.

Le cannabis est censé stimuler l'appétit, pourtant, des chercheurs français ont observé que les fumeurs de joints avaient un taux d'obésité moins important que le reste de la population. Yann Le Strat, de l'hôpital Louis-Mourier à Colombes, explique sa surprise :

"Nous pensions que nous avions fait une erreur. Ou que nos résultats étaient dus au panel que nous avions étudié. Alors nous nous sommes tournés vers un échantillon complètement indépendant, et nous avons trouvé exactement la même association."

Les chercheurs, qui ont publié leur étude dans l'American Journal of Epidemiology, ont notamment utilisé des données sanitaires sur la population américaine entre 2001 et 2003. Ils ont noté que le taux d'obésité dans la population ne fumant pas de cannabis était compris entre 22 et 25,3%, alors qu'il n'oscillait qu'entre 14,3 et 17,2 % chez ceux qui fument du cannabis au moins trois fois par semaine.

Même en considérant que ces fumeurs de cannabis pouvaient avoir une activité physique plus intense et consommer plus de tabac (ce qui fait maigrir), cela ne suffit pas à expliquer le phénomène.

Mais le docteur Le Strat ne souhaite pas que l'étude soit détournée :

"Le message n'est certainement pas "fumez du cannabis, cela vous fera perdre du poids". [...] La possibilité que le cannabis soit associé à un faible risque d'obésité reste une hypothèse intéressante, mais cela ne contrebalance certainement pas ses effets négatifs sur l'organisme et la santé mentale."

Lu sur MSNBC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !