Vous avez le cancer ? Prouvez-le ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Vous avez le cancer ? Prouvez-le !
©

Grande-Bretagne

Vous avez le cancer ? Prouvez-le !

Un rapport d'un expert médical britannique recommande le recours à des tests médicaux pour prouver que les personnes atteintes du cancer sont inaptes au travail.

La proposition émane d'un rapport aux ministres du professeur Malcolm Harrington, expert médical. A l'heure actuelle, les personnes atteintes du cancer et jugées inaptes au travail perçoivent 100 livres par semaine, dans le cadre de l'ESA, une aide sociale versée par l'Etat. En tout, elles seraient 9 000 à avoir touché cette allocation entre octobre 2008 et juin 2010.

Selon le rapport de l'expert médical Malcom Harrington, ce système aurait encouragé "les mauvais comportements des employeurs et stigmatisé le cancer", favorisant ainsi le chômage.

Ce dernier propose donc que les patients subissent des tests médicaux pour prouver qu'ils sont inaptes au travail. Ceux qui seront jugés aptes devront alors participer à des interviews de "retour à l'emploi" pour pouvoir continuer à toucher cette allocation. Mais pour les associations caritatives, cela n'est pas acceptable.

"Pendant leur traitement, les patients atteints du cancer luttent pour survivre", affirme Ciran Devane, président de l'association Macmillan Cancer Support.

Cette proposition va également à l'encontre de la position du gouvernement concernant les allocations versées aux personnes atteintes du cancer.

Ian Duncan Smith, secrétaire d'Etat chargé du Travail et des Retraites, a réformé cette année l'ESA afin de permettre aux patients qui doivent commencer une chimiothérapie dans les six mois d'être exemptés de tests médicaux et de recevoir automatiquement cette allocation.

Lu sur The Guardian

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !