Campagne de Fillon : Estrosi, sifflé à Nice, critique son candidat | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Campagne de Fillon : Estrosi, sifflé à Nice, critique son candidat
©DR

Tensions

Campagne de Fillon : Estrosi, sifflé à Nice, critique son candidat

"Tout ce qui pourrait radicaliser l'opposition ne me paraît pas être une bonne chose" explique le président de la région Paca.

Ente François Fillon et Christian Estrosi, les relations restent fraiches. L'ancien maire de Nice accueillait le candidat dans sa ville où il y tenait meeting. Selon le Point, l'accueil était plutôt glacial et celui qui avait été sifflé à Toulon est parti au bout de 10 petites minutes. "Et encore, il était à l'écart" précise le journal.

D'ailleurs, Christian Estrosi s'est montré assez critique, revenant, pour le Figaro, sur la polémique autour de la participation éventuelle de Sens commun au gouvernement Fillon. "Tout ce qui pourrait radicaliser l'opposition ne me paraît pas être une bonne chose" explique le président de la région Paca.

Puis, il a été de nouveau copieusement sifflé par les supporteurs de François Fillon, lorsqu'il a pris la parole. Le candidat a cette fois réagi en s'affichant aux côté de l'ancien maire de Nice pour tenter de calmer les opposants.

Puis c'est au tour de François Fillon de s'exprimer. "Je vais vous faire une confidence, nous allons gagner cette élection" lance-t-il avant de critiquer, une nouvelle fois, les médias, après avoir été interrompu par un opposant en plein discours."Il suffit que quelqu'un émette un jugement critique pour que les médias sortent de la salle" a-t-il ironisé. "Je les ai surpris une fois lors de la primaire, nous les surprendrons une seconde fois à la fin de la semaine." Il s'en est aussi pris à ses concurrents: "De M. Macron à M. Hamon: tous craignent de dire qu’ils sont attachés à la culture française de peur que cela passe pour du racisme" lance-t-il.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !