Cameroun : plus de 60 morts dans le déraillement d'un train | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Cameroun : plus de 60 morts dans le déraillement d'un train
©

Drame

Cameroun : plus de 60 morts dans le déraillement d'un train

600 personnes ont aussi été blessées. Un Français figure parmi les victimes.

Le déraillement d'un train entre les villes de Yaoundé et de Douala, les deux plus grandes villes de Cameroun, a fait au moins 60 morts et 600 blessés, vendredi.

Un ressortissant français figure au nombre des victimes, a fait savoir samedi le ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, dans un communiqué. "J’ai appris avec tristesse le tragique accident ferroviaire survenu le 21 octobre entre Yaoundé et Douala (...). Mes pensées vont aux victimes de ce terrible événement, ainsi qu’à leurs familles et à leurs proches. Une victime française est à déplorer. Notre ambassade et nos services consulaires sont entièrement mobilisés", écrit le ministre.

Le lourd bilan s'explique par le fait que le train était bondé, l'autoroute entre la capitale et la métropole portuaire étant coupée suite à un effondrement. Avant le départ,huit wagons supplémentaires avaient été ajoutés au train, qui comptait normalement neuf voitures, afin d'embarquer des passagers en plus. Les circonstances de l'accident ne sont pas encore connues, mais plusieurs wagons ont basculé sur le bas-côté de la voie. "Le pronostic vital de certains blessés est très engagé (...). Les causes de l'accident ne sont pas encore élucidées", selon la CRTV, la radio-télévision d'Etat.

La compagnie ferroviaire Camrail, qui appartient au groupe français Bolloré, actionnaire à 77,4%, dit avoir envoyé des équipes sur place et précise que des blessés ont été hospitalisés à proximité ou transférés à Douala.

Lu dans Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !