Calais : insalubre et dangereux, le site de la "Jungle" est interdit au public | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Calais : insalubre et dangereux, le site de la "Jungle" est interdit au public
©

Conséquence

Calais : insalubre et dangereux, le site de la "Jungle" est interdit au public

La ville estime qu’il est "impossible d’encadrer et d’assurer la sécurité des lieux par des forces de police en nombre suffisant".

Selon l'arrêté municipal affiché mercredi 18 janvier, et repéré par la Voix du Nord, la Ville de Calais interdit désormais tout accès à la zone de l’ex-"jungle", ainsi qu'au centre Jules-Ferry, où ont été accueillis de nombreux migrants jusqu'au démantèlement du site en novembre 2016. Cet arrêté qui interdit tout accès au site de l’ancienne "jungle" jusqu’au 31 décembre 2017 concerne aussi la partie nord du site, propriété du Conservatoire du littoral.

Plusieurs motifs ont été invoqués pour justifier la décision de la Mairie, et deux raisons ont été avancées en particulier par la municipalité : l’insécurité et l’insalubrité de l’ex- "jungle". La ville estime qu’il est "impossible d’encadrer et d’assurer la sécurité des lieux par des forces de police en nombre suffisant" et que "la présence de déchets et matériaux pouvant être dangereux (canettes, barbelés, etc.) sur le site Jules-Ferry" sont de nature "à porter atteinte à l’hygiène et à la sécurité publique".

Par ailleurs, la ville y interdit "l’organisation de manifestations sportives, culturelles, politiques, philosophiques, ou de tout autre nature, sauf dérogation accordée par la commune de Calais".

>>>> À lire aussi : Pendant que la Jungle de Calais est démantelée, les habitants de la place Stalingrad à Paris souffrent de moins en moins en silence

Lu sur La Voix du Nord

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !