Cahuzac accueille l’ouverture d’une enquête "avec satisfaction" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
L'enquête a été ouverte mardi par le parquet de Paris
L'enquête a été ouverte mardi par le parquet de Paris
©Reuters

Compte en Suisse

Cahuzac accueille l’ouverture d’une enquête "avec satisfaction"

Le ministre du Budget aurait détenu un compte non déclaré en Suisse jusqu'en 2010, selon Mediapart.

Une enquête préliminaire pour blanchiment de fraude fiscale a été ouverte mardi par le parquet de Paris afin de vérifier si Jérôme Cahuzac a détenu un compte en Suisse, comme le prétend le site Médiapart.

Le ministre a rapidement réagi,  assurant accueillir l'ouverture de cette enquête "avec satisfaction". Cette décision du parquet lui permettra selon lui de "démontrer sa complète innocence des « accusations absurdes dont il fait l'objet", a-t-il ajouté.

Le président de la République et le premier ministre soutiennent Jérôme Cahuzac, a indiqué mardi l'Elysée. "Nous prenons acte de cette enquête préliminaire", a indiqué l'entourage du premier ministre, Jean-Marc Ayrault, en ajoutant : "Cet élément supplémentaire permettra d'établir la vérité que Jérôme Cahuzac réclame." L'entourage de François Hollande a affirmé que l'enquête préliminaire "permet à la justice de faire son travail. Il n'y pas d'éléments qui amèneraient à changer la situation de Jérôme Cahuzac. Il est membre du gouvernement, par définition, il a le soutien du président et du premier ministre".

Jérôme Cahuzac a toujours démenti détenir ou avoir détenu "un compte en Suisse ou ailleurs à l’étranger". Pourtant Médiapart assure depuis le 4 décembre que le ministre a détenu un compte non déclaré chez UBS, s'appuyant en particulier sur une conversation enregistrée dans laquelle on entend un homme, que le site d'information affirme être Jérôme Cahuzac, parler de son compte dans une banque suisse. Ce compte aurait été clôturé en 2010 (époque à laquelle il n’était pas ministre) et les avoirs transférés à Singapour. Le procureur de Paris, François Molins, entend procéder "sans attendre, aux vérifications relatives à la réalité et au contenu de l'enregistrement".

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !