Cadenas d’amour : à Paris, une grille du pont des Arts cède sous leur poids | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Cadenas d’amour : à Paris, une grille du pont des Arts cède sous leur poids
©

Trop lourd

Cadenas d’amour : à Paris, une grille du pont des Arts cède sous leur poids

La grille a cédé dimanche, vers 18h, sous le poids des cadenas. La semaine dernière, la maire de Paris Anne Hidalgo annonçait vouloir réfléchir à des alternatives.

L’amour pèse lourd. Surtout quand il se matérialise sous la forme de cadenas accrochés aux grilles et aux rambardes du pont des Arts, à Paris. Dimanche en fin d’après-midi, une grille d'1m50 a cédé sous le poids des centaines de ces cadenas, symbole d'amour, qui ont été accrochés là par les touristes. 

La grille est tombée du côté du pont et non du côté de la Seine, où les péniches sont installées. Aucun blessé n'est a déplorer.

L’incident va relancer, à n’en pas douter, le débat sur les "lock love" qui envahissenty progressivement tous les ponts de la capitale, et s’exportent bien au-delà de la Ville lumière. Problème (entre autres) : tous ces cadenas pèsent lourd et fragilisent des structures qui n’ont pas été conçues pour les supporter. 

Fin mai, Le Parisien révélait que la nouvelle maire de Paris voulait vider le pont des Arts de tous ces symboles et qu’elle souhaitait réfléchir à des "alternatives artistiques, solidaires et écologiques".

Même parmi les touristes, la tradition des cadenas d’amour ne fait pas l’unanimité : en avril dernier, des touristes soucieux de l'environnement ont lancé une pétition contre cette pratique, qu’ils accusent de dénaturer l'architecture du lieu.

Sitôt après l’incident, le célèbre pont a été évacué par la police et fermé au public. Il doit rouvrir ce lundi. 

Lu sur metronews.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !